samedi , 18 mai 2024

Moi, Naraa, femme de Mongolie

Auteure: Naraa Dash

Editeur: Transboréal – 2020 (312 pages)

Lu en mars 2024

Mon avis: Naraa Dash est née en 1971 dans un village de l’ouest de la Mongolie. Avant-dernière d’une fratrie de huit enfants, elle perd sa mère à l’âge de six ans, et se voit très tôt confier la responsabilité du foyer par son père, souvent absent en raison de son travail de conducteur de camion. Le salaire de celui-ci suffit tout juste à nourrir la famille, mais il n’hésite cependant pas à dépenser le peu qu’il reste pour permettre à ses enfants de s’instruire et se cultiver : places de cinéma, poste de radio,… Très ouvert d’esprit, il rêve de voir ses enfants étudier à l’université.

Naraa a bien enregistré la consigne, dès son plus jeune âge. Travailleuse, ambitieuse, et malgré une enfance défavorisée dans une région au climat très rigoureux et un pays sous le joug soviétique, elle partira à Oulan-Bator, occupera plusieurs boulots précaires, apprendra le français. Son acharnement sera tel qu’il lui permettra de voyager en France, de s’y faire des amis et de s’y installer pendant quelques années avant de rentrer au pays pour y ouvrir une agence de voyages. Son ardeur et sa volonté à se faire une place au soleil l’entraînent dans diverses expériences professionnelles, jusqu’à devenir conseillère en image et communication auprès de l’élite politique mongole.

Ce livre ne brille pas par ses qualités littéraires, mais on ressent très fort toute l’énergie vitale de Naraa Dash, son amour et son admiration pour ce père qui lui a montré le chemin de l’indépendance.

La dernière partie, sur la vie adulte de Naraa, m’a parue un peu bâclée, comme si elle était pressée de terminer : on s’y perd dans la chronologie, on ne comprend pas bien les circonstances de ses allers-retours en France et de ses changements d’emploi, ni comment elle se retrouve embarquée dans une aventure cinématographique avec Cécile de France (film « Un monde plus grand »).

L’éditeur aurait aussi pu se fendre d’une relecture plus attentive, puisque Naraa donne deux versions, qui m’ont semblé peu compatibles, des circonstances dans lesquelles elle apprend le décès de son père.

A part ces bémols, ce récit autobiographique, qui se lit très facilement, permet non seulement de découvrir le parcours assez extraordinaire de Naraa, mais aussi d’en apprendre sur le mode de vie et les traditions d’un pays qui a découvert le capitalisme à l’aube des années 1990 et qui reste coincé entre ses deux encombrants voisins, la Chine et la Russie.

Présentation par l’éditeur:

Ce que Naraa Dash ignore durant l’enfance, c’est que la maladie emportera sa mère et trois de ses frères, c’est que la chaleur nomade atténuera la rigueur d’un climat implacable, c’est que la chape de plomb soviétique scellera le destin de son peuple, et enfin que son père, brave et clairvoyant, s’évertuera à lui indiquer le chemin. Ce récit est celui de l’ascension d’une femme, de la pauvreté des steppes aux ors d’Oulan-Bator en passant par la France et son industrie du cinéma. De la yourte aux palaces, elle fait preuve d’ardeur pour se forger un destin, se faire une place dans un monde d’hommes, sans rien craindre. À 48 ans, elle a déjà eu plusieurs vies, qu’elle raconte avec la candeur de l’enfant pauvre qu’elle fut, puis avec le regard de l’adulte épanouie qu’elle est devenue. Son témoignage est une leçon de résilience qui ramène à la lumière, celle de la steppe.

Evaluation :

Voir aussi

Disparition inquiétante d’une femme de 56 ans

Auteure: Anne Plantagenet Editeur: Seuil – 5 avril 2024 (160 pages) Lu en avril 2024 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.