mardi , 29 novembre 2022

Les Combustibles

Auteure: Amélie Nothomb

Editeur: Albin Michel – 1994 (110 pages) / Livre de Poche – 2002 (88 pages)

Lu en novembre 2022

Mon avis: C’est la guerre depuis un an, il fait un froid glacial, et dans l’appartement du Professeur, il n’y a plus qu’une seule chose pour faire du feu : les livres. Commence alors une discussion passionnée entre le Professeur (de lettres à l’université), Daniel (son assistant) et Marina (étudiante du premier et maîtresse du second), pour savoir quel livre brûler en premier.

Dans cette pièce de théâtre en huis clos, on s’interroge donc sur l’importance de la littérature et sur ce qui vaut la peine d’être sauvé quand il n’est plus question que de survie : ce qui est beau ? Ce qui est utile ? Mais comment juger de la beauté, de l’utilité d’un livre, d’une œuvre, de la littérature ? Qui va déterminer les critères ? Seront-ils objectifs et absolus, ou subjectifs et relatifs en fonction du moment, du lecteur, du critique ? Et d’ailleurs, est-il seulement humain de sauver un livre des flammes quand la mort peut vous frapper à chaque instant, quand le froid est tout aussi mortel (« l’enfer, c’est le froid ») ?

Dans les situations de crise aiguë et d’absolue nécessité, telles que celle décrite dans ce livre, l’humain révèle sa vraie nature, les masques tombent, la peur de mourir s’affiche sans filtre et pousse à l’impensable.

Parabole cruelle, absurde, drôle et ironique, « Les Combustibles », qui illustre le talent de dialoguiste de l’auteure, pose la question (à laquelle personnellement je ne veux, peux, sais pas répondre) de savoir jusqu’où nous pousserait notre instinct de conservation si notre survie était en jeu.

#LisezVousLeBelge

Présentation par l’éditeur:

La ville est assiégée. Dans l’appartement du Professeur, où se sont réfugiés son assistant et Marina, l’étudiante, un seul combustible permet de lutter contre le froid : les livres…
Tout le monde a répondu une fois dans sa vie à la question : quel livre emporteriez-vous sur une île déserte ? Dans ce huis clos cerné par les bombes et les tirs des snipers, l’étincelante romancière du Sabotage amoureux pose à ses personnages une question autrement perverse : quel livre, quelle phrase de quel livre vaut qu’on lui sacrifie un instant, un seul instant de chaleur physique ?
Humour, ironie et désespoir s’entre-tissent subtilement dans cette parabole aux résonances singulièrement actuelles.

Evaluation :

Voir aussi

La grande nuit

Auteur: André-Marcel Adamek Editeur: La Renaissance du Livre – 2003 (224 pages)/ Espace Nord – …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :