samedi , 19 juin 2021

Scarlett et Novak

Auteur: Alain Damasio

Éditeur: Rageot Éditeur – 3 mars 2021 (64 pages)

Lu en mars 2021

Mon avis: “J’ai toute ma vie dans mon téléphone”, c’est le constat qu’on fait quand parfois nous effleure l’idée que nous pourrions perdre notre smartphone, ou l’idée qu’il soit volé ou détruit, et qu’on pense alors à tous les contacts, mails, photos,… qui y sont en mémoire.

De là à dire que “mon téléphone est ma vie”, que “je ne suis rien sans mon téléphone”, il y a un pas qu’Alain Damasio franchit dans cette nouvelle classée littérature jeunesse.

Novak, un jeune homme perpétuellement connecté à son “brightphone”, est pourchassé par deux assaillants, qui s’emparent de son portable et de Scarlett, son assistante vocale, son intelligence artificielle, sans laquelle Novak n’est plus rien. Incapable de s’orienter pour rentrer chez lui, de se payer un café dans un bar, d’expliquer ses déboires à sa concierge croate avec laquelle il n’a jamais parlé que par l’intermédiaire d’un logiciel de traduction, voilà l’homme démuni et isolé sans sa machine. Il finira par en retirer quelques leçons.

Alain Damasio pousse ici à l’extrême l’addiction aux smartphones, de plus en plus intelligents, et qui rendent leur possesseurs de plus en plus dépendants (la question est ouverte de savoir si les humains deviennent à mesure de moins en moins intelligents, ou s’ils développent en compensation d’autres formes d’intelligence ou de compétences). La réalité rejoindra-t-elle un jour cette fiction désespérante ? Peut-être, possible, pas improbable, sans doute ne serait-ce pas surprenant vu les “progrès” technologiques incessants des applications et logiciels divers, toujours plus performants et invasifs.

Cette nouvelle courte et efficace, qui se lit très vite (parce que destinée à la génération zapping?) est un avertissement face aux risques qu’on court à faire confiance à la technologie davantage qu’à l’humain (et à soi-même), à lui aliéner nos capacités et notre esprit critique, et au final à y perdre notre liberté.

Ma vie n’est pas (que) dans mon téléphone.

“(…) Tout ce que tu touches n’a pas de poils, n’a pas de peau. (…) Une vie passée à caresser une vitre (…) Au fond, tu vis dans dix centimètres par cinq (…)”.

En partenariat avec les Editions Rageot via Netgalley.

#ScarlettetNovak #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Novak court. Il est poursuivi et fuit pour sauver sa peau. Heureusement, il a Scarlett avec lui. Scarlett, l’intelligence artificielle de son brightphone. Celle qui connaît toute sa vie, tous ses secrets, qui le guide dans la ville, collecte chaque donnée, chaque information qui le concerne. Celle qui répond autant à ses demandes qu’aux battements de son cœur. Scarlett seule peut le mettre en sécurité. A moins que… Et si c’était elle, précisément, que pourchassaient ses deux assaillants ?

Evaluation :

Voir aussi

Vivre avec nos morts

Auteur: Delphine Horvilleur Éditeur: Grasset – 3 mars 2021 (234 pages) Lu en mai 2021 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :