samedi , 15 juin 2024

Contes d’un buveur de bière

Auteur: Charles Deulin

Editeur: Blondel – 1976 (188 pages)

Lu en juin 2024

Mon avis: Voici un recueil de onze contes du début du 19ème siècle, qui ont pour cadre la région comprise entre Cambrai et Bruxelles, à une époque où la Belgique n’existait pas encore et où le bon peuple était donc gouverné par le roi des Pays-Bas.

Entre folklore et légendes locales, kermesses et processions de géants, on croise Cambrinus le roi de la bière, Manneken Pis, la Mort, le Diable, le Bon Dieu et quelques saints du paradis. On y festoie, on y ripaille et, comme de juste, on y écluse la bière par tonneaux entiers. On y vit des aventures fabuleuses où il est souvent question de pactes faustiens, de sortilèges, de dragons et de sorcières, de belles princesses et de leurs sauveurs, d’amour, de jalousie et d’envie. Et comme dans toute fable qui se respecte, chaque histoire se termine sur une morale frappée au coin du bon sens.

Le tout est écrit dans un style vieillot mais fluide, qui fait la part belle au patois local et aux « Fieu » et autres « Godverdom ». C’est un peu répétitif et prévisible, mais c’est enlevé, débonnaire, pittoresque. Une lecture distrayante à consommer avec plus ou moins de modération.

Présentation par l’éditeur:

11 contes, qui parlent d’une région où le terroir, les coutumes et le folklore riment avec le plaisir de déguster, de boire, de savourer une bonne chope de bière.
Un ouvrage qui « parle vrai », avec des histoires qui se sont passées dans cette région frontalière, où les habitants traversent la frontière comme on va au café du coin et où l’accent « ch’ti » se mêle au patois local.
Un livre où le diable interpelle les humains d’un sympathique « Fieu », où le roi donne du « Godverdom » à chaque phrase et où même la mort est un compagnon de beuverie, ne peut être qu’un bon livre.
Retrouvez Cambrinus, le roi de la bière ; Culotte-Verte, le tueur de dragon ; Martin et Martine, les sonneurs de cloche amoureux ; Petit Jean, qui deviendra plus tard le petit Manneken … et bien d’autres personnages.
Un vrai régal que cet ouvrage, issu du terroir ch’ti, sorti il y a plus d’un siècle et qui est plus que jamais d’une actualité brûlante.
Un livre à consommer sans modération, mais avec sagesse.

Evaluation :

Voir aussi

Quand les femmes étaient des oiseaux

Auteure: Terry Tempest Williams Editeur: Editions Phébus – 4 avril 2024 (256 pages) Lu en …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.