lundi , 22 juillet 2024

La chambre de Giovanni

Auteur: James Baldwin

Editeur: Payot et Rivages – 1998 (256 pages)/Le Livre de Poche – 15 mai 2024 (288 pages)

Lu en juillet 2024

Mon avis: Paris, après la deuxième guerre mondiale. David est un jeune Américain expatrié. Pendant que sa fiancée Hella est en voyage en Espagne, il erre dans la ville, désœuvré et sans le sou. Dans un bar interlope, il fait la connaissance du serveur, Giovanni, un jeune immigré italien. L’attirance est immédiate, et pendant quelques mois, les deux hommes donneront libre cours à leur passion. Mais si Giovanni assume pleinement son homosexualité, il n’en va pas de même pour David, tiraillé entre des sentiments de honte et de dégoût de lui-même, et son désir pourtant irrépressible. La relation est aussi intense pour Giovanni que troublante pour David, et on comprend dès le début qu’elle ne peut qu’avoir une issue tragique.

Publié en 1956, ce classique explore avec beaucoup de finesse psychologique les thèmes de l’homosexualité et de l’identité sexuelle, à une époque où les bonnes mœurs réprouvaient les amours « déviantes ». Il parle aussi de passion, de la peur du regard et du jugement d’autrui, du courage de s’assumer et d’être soi-même, de trahison et de lâcheté. Et, avec profondeur et mélancolie, il s’interroge, in fine, sur ce qu’est l’amour.

En partenariat avec Le Livre de Poche via Netgalley.

 #LaChambredeGiovanni #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Dans une maison du Sud de la France, à la tombée du jour, un homme se souvient. Jeune Américain installé à Paris pour fuir un père autoritaire et ses propres démons, David est fiancé à l’intrépide Hella. Alors que celle-ci séjourne en Espagne, il flâne dans la ville et fréquente le milieu homosexuel parisien, réprimant tant bien que mal ses propres désirs. Un soir, il fait la connaissance de Giovanni, et toutes ses certitudes basculent. C’est dans la minuscule chambre de Giovanni, théâtre de leurs amours et de leurs déchirements, que David fait l’expérience de la tendresse, de l’indécision et de la lâcheté, avançant inéluctablement vers le drame.

Publié en 1956, ce roman majeur, chef-d’œuvre de James Baldwin, explore avec une infinie délicatesse les thèmes du désir, de l’identité, de l’amour et de la trahison.

Préface de Colm Tóibín.

Evaluation :

Voir aussi

Il faut qu’on parle de Kevin

Auteure: Lionel Shriver Editeur: Belfond – 2006 (492 pages)/Pocket – 2024 (688 pages) Lu en …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.