samedi , 18 mai 2024

Fricassée de maris: mythes érotiques d’Amazonie

Auteurs: Betty Mindlin et des conteurs indiens

Editeur: Métailié – 2005 (308 pages)/Suites – 19 janvier 2024 (336 pages)

Lu en janvier 2024

Mon avis: Cet ouvrage est une anthologie de récits recueillis auprès de conteurs appartenant à six peuples indiens de l’Amazonie brésilienne. Il rassemble ainsi des dizaines de contes de quelques pages chacun, dont le thème commun est, selon la quatrième de couverture, « les jeux de l’amour », et où il est question de « séduction, de jalousie, de plaisir, des mères et des filles », et plus généralement des relations hommes/femmes, dans lesquelles s’invitent des créatures mythiques mi-humaines mi-animales.

En ce qui me concerne (mais c’est peut-être un malentendu sur la définition), j’ai trouvé très peu d’amour dans ces textes. Du sexe (pas toujours consenti), du désir (pas toujours réciproque) et du plaisir (pas toujours partagé), ça oui, en veux-tu en voilà. Mais de l’amour au sens (romantique) où on peut l’entendre dans la culture occidentale, je cherche encore.

Même constat en ce qui concerne « l’humour délectable » des conteurs (encore un malentendu, sans doute) : je n’ai rien trouvé d’amusant dans ces histoires violentes pour la plupart, où il est question d’adultère, de possession, de vengeance, de jalousie, de cruauté, de cannibalisme, de meurtres à toutes les pages.

Et tout cela n’est pas sauvé par l’érotisme annoncé par le sous-titre du livre (3ème malentendu). Dans mon esprit, l’érotisme signifie de la suggestion, de l’implicite, de la subtilité, de la sensualité voire une certaine élégance, et laisse la place à l’imagination. Sinon c’est de la pornographie. Or ici, c’est cru, lourd, graveleux, ou potache-mais-pas-drôle : on enfile, on fourre, on troufoute à tire-larigot, dans une profusion de counettes, de lichettes, de triques, de quiquettes, de piroquettes, etc… Bref, tout ce que je n’aime pas, sans compter que c’est répétitif.

Et donc, pour ce qui est du « vrai bonheur de lecture » vanté par la quatrième de couverture susmentionnée, bah non, pas pour moi en tout cas.

En fin d’ouvrage, ce qui est un peu plus intéressant, c’est que l’anthropologue Betty Mindlin donne brièvement quelques explications sur la manière dont elle a retranscrit ces contes, et dresse une petite biographie de chaque conteur/conteuse qu’elle a rencontré. Elle donne aussi quelques éléments de contexte, résume les éléments récurrents à travers les différents textes et tente de les théoriser en renvoyant à d’autres ouvrages. Enfin, elle précise le nombre de locuteurs recensés pour chaque langue des contes. Sur ce point, difficile de savoir si les chiffres sont à jour : le livre a été publié pour la première fois en 1997, et il n’est indiqué nulle part si ce sont les chiffres de l’époque ou s’ils ont été actualisés à l’occasion de cette republication. Dommage.

A noter : les droits de vente du livre sont reversés aux conteurs amazoniens.

En partenariat avec les Editions Métailié.

Présentation par l’éditeur:

Les jeux de l’amour sont l’un des thèmes marquants des mythologies indiennes. Leur originalité tient à la liberté d’expression, aux images inhabituelles, à l’absence de censure, alliées à des dénouements violents, parfois terrifiants.

Ces récits ont été recueillis auprès de six peuples indiens amazoniens, aux traditions différentes. Mais les thèmes sont universels: l’amour, la séduction, la jalousie, le plaisir, les mères et les filles… Leur charme tient au talent indéniable des conteurs à l’humour délectable. Un vrai bonheur de lecture.

Evaluation :

Voir aussi

Le K

Auteur: Dino Buzzati Editeur: Robert Laffont – 1967 (360 pages)/Pocket – 2004 (441 pages) Lu …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.