mercredi , 17 avril 2024

L’autre moitié du soleil

Auteure: Chimamanda Ngozi Adichie

Editeur: Gallimard – 2008 (504 pages)/Folio – 2017 (672 pages)

Lu en juin 2023

Mon avis: Au début des années 60, le Nigéria est un jeune Etat indépendant. A Lagos, Olanna et Kainene, sœurs jumelles, profitent de cet élan de renouveau post-colonisation. Elles appartiennent à une famille bourgeoise aisée igbo, une ethnie majoritairement chrétienne présente principalement dans l’est du pays, dans la région du Biafra. Chacune des deux jeunes femmes vit sa vie de son côté : la belle et plantureuse Olanna et son amoureux Odenigbo font partie d’un cercle d’intellectuels universitaires qui discutent politique et refont le monde à la moindre occasion. La froide et sarcastique Kainene, au physique plus ingrat, travaille quant à elle dans une des entreprises de son père, et entretient une relation avec Richard, journaliste britannique entiché de culture et de traditions igbos.
Depuis l’indépendance, les tensions sont vives entre les Igbos et les deux autres principales ethnies majoritairement musulmanes (les Haoussas au nord du pays et les Yorubas au sud-ouest). Au fil du temps, elles ne font que s’exacerber. Entre troubles politiques et coups d’Etat, les Igbos sont ostracisés, accusés de tous les maux, et finissent par être chassés ou massacrés dans les régions où ils sont minoritaires, selon un processus qui évoque furieusement la mécanique du génocide rwandais.
Les deux sœurs et leur entourage n’échapperont pas à la spirale infernale qui s’empare du pays, jusqu’à la sécession du Biafra en 1967 et la guerre de reconquête menée par le Nigéria jusqu’en 1970.
Le demi-soleil du titre est celui qui s’est étalé en jaune éclatant entre 1967 et 1970 sur l’éphémère drapeau du Biafra, Etat qui n’a pas survécu à la guerre et la famine terribles qui ont découlé de sa proclamation d’indépendance. De ces événements, seules ont percolé jusqu’en Occident ces images, diffusées aux journaux télévisés, d’enfants faméliques aux os saillants et aux ventres gonflés. Images qui n’ont eu d’autres conséquences que de donner vaguement mauvaise conscience aux téléspectateurs en les poussant chaque soir à terminer leur assiette avant de quitter la table.

« Le monde s’est tu pendant que nous mourions ». En effet, les grands de ce monde n’ont pas été nombreux à se préoccuper du triste sort des Biafrais. Ceux-ci, pour leur plus grand malheur, vivaient dans une région riche en pétrole notamment, ce qui explique que, pour le Nigéria, téléguidé par le Royaume-Uni et l’URSS (alliés en pleine guerre froide, c’est dire l’ampleur de la convoitise), il était hors de question de perdre la plus infime parcelle de souveraineté sur cette manne. D’où le blocage des frontières, les bombardements et les massacres, provoquant l’exode de milliers d’Igbos vers le Biafra et une pénurie alimentaire dramatique.
Au travers des histoires d’Olanna et Kainene, en alternant début et fin des années 60, l’auteure nous raconte celle du Biafra. Elle parvient à créer une empathie totale entre le lecteur et les personnages : on souffre de les voir souffrir, on a envie de garder comme eux cet espoir fou que le Biafra va gagner la guerre. Une page d’histoire à découvrir ou à se rappeler, et un roman magnifiquement écrit, puissant, cruel, passionnant, bouleversant.

Présentation par l’éditeur:

Lagos, début des années soixante. L’avenir paraît sourire aux sœurs jumelles : la ravissante Olanna est amoureuse d’Odenigbo, intellectuel engagé et idéaliste ; quant à Kainene, sarcastique et secrète, elle noue une liaison avec Richard, journaliste britannique fasciné par la culture locale. Le tout sous le regard intrigué d’Ugwu, treize ans, qui a quitté son village dans la brousse et qui découvre la vie en devenant le boy d’Odenigbo. Quelques années plus tard, le Biafra se proclame indépendant du Nigeria. Un demi-soleil jaune, cousu sur la manche des soldats, s’étalant sur les drapeaux : c’est le symbole du pays et de l’avenir. Mais une longue guerre va éclater, qui fera plus d’un million de victimes. Evoquant tour à tour ces deux époques, l’auteur ne se contente pas d’apporter un témoignage sur un conflit oublié ; elle nous montre comment l’Histoire bouleverse les vies. Bientôt tous seront happés dans la tourmente. L’autre moitié du soleil est leur chant d’amour, de mort, d’espoir.

Evaluation :

Voir aussi

Un acte de gloire

Auteur: Ferdia Lennon Editeur: Buchet-Chastel – 14 mars 2024 (352 pages) Lu en mars 2024 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.