mardi , 18 juin 2024

Disparition inquiétante d’une femme de 56 ans

Auteure: Anne Plantagenet

Editeur: Seuil – 5 avril 2024 (160 pages)

Lu en avril 2024

Mon avis: J’aurais préféré que ce livre soit un roman.

Mais non. C’est un récit, un témoignage de l’autrice qui raconte qui était Letizia Storti, la disparue du titre.

C’est en 2017 qu’Anne Plantagenet rencontre Letizia. Alors âgée de 51 ans, cette fille d’immigrés italiens est ouvrière dans l’entreprise pharmaceutique UPSA à Agen. Plus de trente ans de bons et loyaux services et surtout d’engagement syndical acharné pour faire valoir les droits des salariés dans l’entreprise. Une vie dans l’ordinaire et l’anonymat de la classe laborieuse.

Jusqu’au jour où elle apprend que le réalisateur Stéphane Brizé cherche des figurants pour son prochain film, « En guerre », avec Vincent Lindon. Un film en immersion dans le monde du travail ouvrier, en tension permanente et souvent violente avec la direction et l’actionnariat. Letizia est engagée pour quelques répliques dans un rôle qu’elle connaît à fond, le sien: déléguée syndicale.

C’est à l’occasion de ce tournage que l’auteure a rencontré Letizia, dans le cadre d’un reportage sur la manière dont les figurants avaient vécu cette expérience de cinéma. Les deux femmes ont sympathisé, ont maintenu le contact jusqu’au festival de Cannes où le film est présenté, puis le lien s’est peu à peu distendu.

Grâce à ce film, Letizia connaîtra son quart d’heure de gloire. Une fois les feux de la rampe cannoise éteints, elle retourne à son quotidien grisâtre, avant qu’une chute domestique amorce sa descente aux enfers : sa fracture au poignet la laisse partiellement handicapée, et le retour au travail se passe mal, puisqu’on la balade d’un poste à un autre, sous prétexte de trouver celui qui lui conviendrait le mieux. Sauf qu’on ne lui laisse jamais le temps de s’adapter et qu’on lui reproche en conséquence son inefficacité. En clair : humiliations, perte de dignité, harcèlement moral, et toute la souffrance psychique qui en découle.

Quand Anne apprend la disparition de Letizia en juin 2022, elle ignore tout de ce que celle-ci a traversé à UPSA après le festival, son accident, sa tentative de suicide, son séjour en hôpital psychiatrique. Ce qu’elle découvre alors la bouleverse et la pousse à écrire ce texte, pour lutter contre l’effacement dans lequel Letizia a glissé peu à peu jusqu’à l’anéantissement. Elle a voulu rendre chair et consistance à cette femme joyeuse et battante, dont l’engagement syndical ressemblait furieusement à une revanche à prendre sur les humiliations et le racisme subis par sa propre mère – une autre femme effacée: « Je veux savoir. Comprendre ce que j’ai raté, à côté de quoi je suis passée. […] Je ressens un malaise grandissant à la lecture de tous ces communiqués, ces articles, ces déclarations dans la presse. J’ai l’impression qu’ils ne parlent pas de Letizia, de Letizia Storti, de sa trajectoire spécifique, de son histoire unique, de ce qui fait sa singularité et la distingue de toute autre personne. Ai-je lu quelque part que Letizia a souffert dans son enfance de voir sa mère qu’elle adorait moquée parce qu’elle ne parlait pas français et était handicapée, et qu’à cause de cela elle revendique haut et fort ses origines italiennes? Ai-je lu ou entendu qu’elle a été révoltée de voir ses parents exploités toute leur vie et que pour cette raison sans doute elle s’est engagée dans le syndicalisme dès qu’elle a obtenu un CDI? Qu’elle s’y est investie corps et âme? Qu’elle a eu un courage de dingue pour se présenter à un casting et s’est battue pour être choisie? Qu’elle aime les vide-greniers, et l’histoire, et faire du vélo, et voyager? Ai-je lu quelque part que Letizia aime la vie? Qu’elle est un peu plus qu' »une salariée », puis « la salariée » qui a tenté de se suicider sur son lieu de travail? Ces communiqués, ces articles, ces déclarations effacent son identité pour la réduire à un statut social, un geste, ce saut dans le vide, acte ultime et désespéré, objet depuis d’une tentative de récupération et d’un enjeu sordide, comme si toute sa vie devait inévitablement conduire et se résumer à cela. Comme si Letizia Storti ne devait laisser aucune autre trace de son passage sur terre qu’une silhouette qui chute indéfiniment« .

J’ai lu d’une traite ce récit poignant, déchirant, plein d’humanité et d’empathie, porté par une très belle plume. Il témoigne avec beaucoup de sensibilité du destin tragique d’une femme détruite, et de la déshumanisation à l’oeuvre dans le monde du travail.

En partenariat avec les Editions du Seuil via Netgalley.

#Disparitioninquiétantedunefemmede56ans #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Marseille, juin 2022, une femme disparaît.

Elle a quitté la clinique où elle était hospitalisée et s’est évanouie dans la nature. Un an auparavant, elle avait voulu se suicider dans l’usine où elle travaillait à la chaîne depuis trente-six ans.

Un appel à témoins est lancé, mais les jours passent et rien, le désert. Une anonyme, une ouvrière.

Elle s’appelait Letizia Storti. Je l’ai un peu connue.

Ce livre tente de lui redonner un visage et un nom.

Evaluation :

Voir aussi

Quand les femmes étaient des oiseaux

Auteure: Terry Tempest Williams Editeur: Editions Phébus – 4 avril 2024 (256 pages) Lu en …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.