mercredi , 25 mai 2022

Les femmes n’ont pas d’histoire

Auteur: Amy Jo Burns

Editeur: Sonatine – 2021 (304 pages)/ Editions 10/18 – 2022 (308 pages)

Lu en mars 2022

Mon avis: Dans un coin perdu des Etats-Unis, Wren est une adolescente solitaire qui vit dans une cabane délabrée avec ses parents. Vêtue de longues robes cousues à la main et maintes fois rapiécées, ses cheveux longs tressés lui descendant jusqu’à la taille, elle n’est pas scolarisée et fréquente bien peu de monde. Son entourage proche se limite à son père, un prêcheur charismatique et possessif, à sa mère Ruby qui rêvait de liberté mais s’est retrouvée coincée dans son mariage avec cet homme égocentrique, à Ivy, l’amie d’enfance de sa mère, qui subit à peu près le même sort, en y ajoutant le fait qu’elle doit s’occuper de sa ribambelle d’enfants et qu’en plus, son mari est alcoolique. Comme la plupart des hommes de la région, d’ailleurs, qui boivent, produisent ou trafiquent le « moonshine », un whisky artisanal de contrebande.
Vu ce contexte de patriarcat incurable et de conditions matérielles précaires, on pourrait croire que ce roman se situe il y a quelques siècles. Et pourtant, il s’agit d’une histoire bien contemporaine, qui se déroule dans la région Appalaches, au coeur de la tristement nommée Rust Belt, naguère prospère grâce à son activité industrielle et minière florissante, et aujourd’hui sinistrée économiquement, polluée chimiquement, abandonnée et oubliée de tous. Wren et les siens font partie d’une petite communauté vivant isolée dans les montagnes, à l’écart du progrès et du confort. Vingt ans plus tôt, cela n’a pas empêché Ruby et Ivy de vouloir s’enfuir loin de cette vie oppressante pour les femmes, juste avant que l’illusion de l’amour ne les piège pour les clouer sur place (« Etre la femme de quelqu’un, c’est la même chose qu’être la propriété de quelqu’un »). Et aujourd’hui, cela n’empêche pas Wren de rêver elle aussi d’autre chose et d’avoir envie de se révolter contre son père qui la tient enfermée dans une vie étriquée. L’étau autour d’elle est serré, et il faudra le déclencheur d’un accident tragique pour ébranler le carcan et peut-être précipiter son départ vers la liberté.

Raconté par Wren dans sa première partie, le roman remonte ensuite le temps d’une génération pour revenir sur la jeunesse de Ruby et Ivy, expliquant le passé pour éclairer rétrospectivement le présent. Il décrit l’atmosphère lourde, menaçante, mélancolique dans laquelle vivent Ruby, Ivy et Wren, au milieu des superstitions, de la pauvreté, de l’alcoolisme, de la misère intellectuelle. Il raconte le destin brisé de deux femmes et la tentative d’émancipation d’une troisième, au sein d’une curieuse petite communauté chrétienne où l’on pratique la manipulation rituelle de serpents venimeux (dont je n’avais jamais entendu parler).
Les personnages de « Les femmes n’ont pas d’histoire » sont complexes, forts, pas nécessairement attachants, et ce roman cruel mais pas entièrement désespéré est assez touchant et prenant.

En partenariat avec les Editions 10/18 via Netgalley.

#Lesfemmesnontpasdhistoire #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

En Pennsylvanie, dans cette région désolée qu’on appelle la  » ceinture de rouille « , la vie ressemble à une condamnation. Les habitants se sentent tellement oubliés de Dieu qu’ils se raccrochent à lui, aveuglément. C’est un pays d’hommes déchus, où les femmes n’ont pas voix au chapitre. Élevée dans l’ombre de son père, un prêcheur implacable et charismatique qui envoûte même les serpents, la jeune Wren grandit, comme sa mère avant elle, dans un monde où l’espoir n’est pas de mise. Il faudra des drames, un décès, une disparition, pour qu’enfin cette société rigide se fissure et que peu à peu se révèlent tous les secrets et les non-dits qui pèsent sur sa famille et sur le village. Alors seulement, peut-être, Wren pourra-t-elle aller au-delà d’un destin tout tracé, sauver ce qui peut l’être et prendre sa vie en main.
Ce premier roman inoubliable, qui dépeint la lutte de deux générations de femmes pour devenir elles-mêmes dans un pays en pleine désolation, annonce la naissance d’une écrivaine au talent époustouflant.

Evaluation :

Voir aussi

L’arbre ou la maison

Auteur: Azouz Begag Editeur: Julliard – 2021 (304 pages) Lu en avril 2022 Mon avis: …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :