mardi , 29 novembre 2022

Du côté d’Ostende

Auteure: Jacqueline Harpman

Editeur: Grasset – 2006 (208 pages)/Livre de poche – 2007 (185 pages)

Lu en novembre 2022

Mon avis: Dans ce roman, on retrouve Emilienne Balthus, le personnage central de « La plage d’Ostende ». Nous voici bien des années plus tard, et la vieille dame vient de mourir, à son plus grand soulagement, elle qui attendait le néant depuis le décès de son cher amant, le célèbre peintre Léopold Wiesbeck. A la fin de sa vie, Emilienne n’avait plus qu’un seul ami et confident, Henri Chaumont, fidèle parmi les fidèles depuis des décennies, à qui elle a légué ses cahiers intimes. Leur lecture sera pour Henri l’occasion de replonger dans le passé, celui d’Emilienne, mais surtout le sien. En même temps que les souvenirs, émergent l’amertume et la mélancolie : Henri réalise qu’il n’a jamais réellement vécu, toujours dans l’ombre, au service des autres, dévoué au point de s’oublier lui-même. Les autres n’ont jamais connu de lui que ce qu’il voulait bien montrer, sans rien laisser deviner de ses penchants homosexuels, lui l’éternel et séduisant chevalier servant de ces dames. Un effacement et un silence qui seront la cause involontaire d’un tragique malentendu et d’un gâchis dont il portera seul le secret.

L’écriture de Jacqueline Harpman est classique et intemporelle, au point qu’on oublie souvent que le roman se déroule dans la seconde moitié du 20ème siècle. Mais ce n’est pas un problème puisque l’histoire qu’elle raconte est elle-même intemporelle : amour, passion, et les souffrances qu’ils engendrent quand ils ne sont pas (ou mal) partagés.

Une très belle écriture au service d’une grande finesse psychologique, pour un roman, certes un peu déprimant, sur l’identité, la vie, les rêves de jeunesse et la façon dont on les réalise, ou pas : « J’étais un jeune homme plein d’avenir, je suis un homme sans passé ; on se gaspille ».

#LisezVousLeBelge

Présentation par l’éditeur:

Au crépuscule de sa vie, Henri Chaumont, qui a toujours dissimulé son appétit pour les personnes de son sexe, considère tristement qu’il n’a pas assez vécu : « J’étais un jeune homme plein d’avenir, je suis un homme sans passé ; on se gaspille. » Dans un Bruxelles intemporel, il est au moins une amitié, féminine, qui a résisté au temps, celle qui le liait à Émilienne Balthus. Au début du récit, Émilienne meurt. Elle laisse des carnets qu’Henri ne peut s’empêcher de lire et qui vont le replonger dans son propre passé. Ainsi se souvient-il du suicide d’un adolescent qui pensait l’aimer sans espoir de retour… Un conte cruel, elliptique, élégamment immoral.

Evaluation :

Voir aussi

La grande nuit

Auteur: André-Marcel Adamek Editeur: La Renaissance du Livre – 2003 (224 pages)/ Espace Nord – …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :