mercredi , 8 décembre 2021

For intérieur – Haïbuns

Auteur: Thierry Werts

Editeur: Editions Pippa – 2016 (88 pages)

Lu en août 2021

Mon avis: « For intérieur » est un tout petit recueil de textes poétiques, des haïbuns précisément, c’est-à-dire des « compositions littéraires mêlant prose et haïku* ».
Thierry Werts, l’auteur, est aujourd’hui conseiller à la Cour d’appel de Bruxelles, mais au moment de la publication de ce recueil, il était Procureur du Roi depuis plus de vingt ans, spécialisé dans la protection de la jeunesse, les homicides et le droit international humanitaire, ce qui l’a notamment conduit en mission en Afrique et au Moyen-Orient.
La vingtaine de haïbuns qui composent cet ouvrage sont autant d’instantanés capturés en Belgique ou en Afghanistan, au palais de justice de Bruxelles ou sur le marché de Bamako. Des impressions, des sensations, figées en quelques lignes qui en disent beaucoup plus que tous les longs discours et beaucoup mieux que tous les livres de droit.
D’une scène de crime à une scène de guerre, d’une salle d’audience où se décide concrètement le sort d’un individu, aux congrès internationaux où l’on débat abstraitement des droits humains, ces mots précis, soigneusement choisis, nous projettent immédiatement dans le contexte du moment évoqué.
Quelques mots simples pour révéler le for intérieur d’un homme qui côtoie quotidiennement la violence et la souffrance, quelquefois l’espoir.
Des phrases douces et pudiques qui témoignent du métier éprouvant d’un homme tantôt éprouvé, tantôt émerveillé, bienveillant ou désenchanté, toujours sensible ; humain en somme.
Des mots qui n’ont l’air de rien mais qui marquent, tellement signifiants. Derrière ou entre eux, des visages, des paysages, et les dessins éthérés, à l’encre, de l’illustratrice Alexia Calvet, pour renforcer le mystère des questions sans réponse.
Non seulement un beau texte, mais un bel objet.

*Wikipédia

Présentation par l’éditeur:

Depuis l’enfance, je m’interroge.
Un moment ce fut de mon âge. Puis beaucoup moins. Chercher sans cesse le pourquoi des choses est bien souvent déplacé, voire inconvenant.
J’en ai pourtant fait mon métier de magistrat et cela fait plus de vingt ans que je regarde le monde de trop près. Cela ne se fait pas sans risque. Je m’imagine parfois tel un funambule, prenant de la hauteur et n’ayant d’autre choix que d’aller de l’avant.
De ce voyage – souvent éprouvant – à la rencontre de mes semblables, je retiens des visages, des horizons. De façon étonnante, ils me suggèrent de vivre dans l’instant présent et m’invitent à traverser chaque jour comme si c’était le dernier.
Je les revois parfois, lorsque je suis saisi par le mystère de tout ce que le monde infini porte en lui de beauté et de force, malgré tout.
Autant d’instantanés.
De questions sans réponse.

Evaluation :

Voir aussi

Le Maître des noeuds

Auteur: Massimo Carlotto Editeur: Métailié – 2004 (204 pages) Lu en novembre 2021 Mon avis: Marco …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :