lundi , 29 novembre 2021

La comtesse des digues

Auteur: Marie Gevers

Editeur: Espace Nord/Labor – 1983 (1ère édition en 1931) – 216 pages

Lu en novembre 2021

Mon avis: 1931, le petit village du Weert, coincé entre l’Escaut et un bras du « Vieil Escaut », en amont d’Anvers. Un plat pays de terres d’oseraies et d’argile, et d’eau, et de digues qui protègent les polders des trop fortes marées qui poussent le fleuve vers l’intérieur du pays. La surveillance de ces digues et leur entretien est un travail à part entière, dévolu au « Dyckgraef », le comte des digues, en l’occurrence Jules Briat, apprécié de tous. A la mort de celui-ci, c’est sa fille Suzanne (Zelle Suzanne, Zanne, Zanneke) qui reprend tout naturellement ses fonctions, en attendant qu’un nouveau comte soit élu en bonne et due forme. Suzanne, aussi jeune soit-elle, n’en est pas moins aussi compétente que son père, qui lui a transmis son amour du métier et surtout celui de la nature qui les entoure, ainsi que son sens aigu de l’observation du moindre frémissement de ses éléments, le fleuve, la terre, le vent. Suzanne s’acquitte de sa tâche avec bonheur et dévouement, tout en imaginant qu’une fois le successeur de son père désigné, elle quittera cette région, en quête de voyages et de liberté. Et pourtant elle aime ce pays, et elle pourrait parfaitement succéder à son père. L’idée d’être la prochaine comtesse des digues (du jamais vu) affleure peu à peu dans son esprit, en même temps que dans celui des villageois et des notables.

Oui mais voilà, Suzanne hésite : est-ce bien le rôle d’une femme de se dévouer à ce métier et à l’Escaut ? Ne devrait-elle pas plutôt songer à se marier et avoir des enfants ? Tel est le contexte de l’époque, qui ne voit pas d’un très bon œil les jeunes filles rester longtemps célibataires. Et Suzanne, qui appartient à cette époque, n’est pas une rebelle. Elle est au contraire une jeune fille raisonnable, mais qui brûle cependant d’aimer et d’être aimée.

Mais alors, quel homme choisir ? Le fils du brasseur, « beau parti » mais personnage grossier ? Le beau Triphon, fidèle employé de son père mais donc d’une classe sociale inférieure ? Max Larix, nouveau venu dans la région, qui vient d’hériter d’une parcelle d’oseraie ?

Au rythme de quatre saisons, le cœur et les élans de Suzanne fluent et refluent, valse-hésitent entre ici et ailleurs, partir ou rester, l’amour du fleuve ou celui d’un homme, Triphon ou Max. Un lent balancement mélancolique et émouvant, un cycle d’un an comme un rite de passage à l’âge adulte, le temps pour la romantique et passionnée Suzanne de trouver son chemin vers le bonheur.

« La comtesse des digues » est un roman envoûtant, et le portrait doux et puissant de deux personnages magnifiques, la jeune fille et le fleuve, et de leur pays.

Présentation par l’éditeur (Espace Nord):

C’est le roman du fleuve, de l’Escaut-roi, du mariage, toujours à préserver, des eaux avec les terres qu’elles irriguent et qu’elles minent. C’est le roman d’une femme attachée au fil des saisons, à la surveillance des digues, au combat d’amour avec l’eau. Mais il arrive que les digues cèdent, que le désir soit plus fort. Alors il faudra que la Comtesse des digues choisisse et qu’elle trouve entre l’homme qu’elle va épouser et le fleuve une nouvelle harmonie.

Evaluation :

Voir aussi

Antigone

Auteur: Henry Bauchau Editeur: Actes Sud – 1997 (368 pages) Prix Rossel 1997 Lu en …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :