lundi , 29 novembre 2021

Le Maître des noeuds

Auteur: Massimo Carlotto

Editeur: Métailié – 2004 (204 pages)

Lu en novembre 2021

Mon avis: Marco Buratti, alias l’Alligator, est un ancien détenu qui s’est reconverti en enquêteur professionnel non officiel, intervenant, contre grasse rétribution, quelque part à la lisière des milieux policiers et mafieux (dont les limites respectives, en Italie, ont été/sont parfois fort floues, mais c’est une autre histoire). Bref, avec ses acolytes Rossini, vieux truand à l’ancienne, et Max la Mémoire, idéaliste obèse, il enquête sur la disparition d’une femme, à la demande du mari éploré de celle-ci. Signe particulier : le couple est adepte de sado-masochisme, univers très secret et codifié, qui empêche le mari de tout déballer à la police. Avec l’aide de deux petits génies de l’informatique, les trois compères piratent les messageries de la disparue, puis celles d’autres adeptes, qui les mettent sur la piste du Maître des nœuds, tortionnaire aussi raffiné que cruel. Ils découvrent avec effarement des pratiques abominables, allant en l’occurrence jusqu’aux snuff movies les plus atroces. Des scènes de viol et de torture qui les frappent de plein fouet et leur rappellent leurs propres expériences de prison.

Massimo Carlotto ne fait pas dans la dentelle et les fioritures, ça y va direct, net et précis sans s’embarrasser de diplomatie. Une enquête rondement menée, tout en efficacité. « Le Maître des nœuds » n’en est pas pour autant qu’un livre d’action. L’auteur sait donner de la consistance à ses personnages principaux, cabossés, amoureux, désabusés ou indécrottable optimiste, tous attachants. Le contexte particulier de l’enquête est aussi prétexte à évoquer la violence en milieu carcéral, celle des prisonniers et des matons, et surtout, les émeutes lors des manifestations altermondialistes pendant le sommet du G8 à Gênes en 2001. L’auteur dénonce avec virulence les provocations policières et la violence inouïe de la répression, des assauts des forces de l’ordre et de leurs exactions, une boucherie qui se soldera par un mort et des dizaines de blessés graves parmi les manifestants.

« Le Maître des nœuds », qui se lit très vite, est un roman palpitant, glaçant et fascinant, en dépit (ou en raison) de son sujet, et une charge implacable et nécessaire contre la folie et la violence des hommes, qu’elle soit intime ou étatique. Ames sensibles…

Présentation par l’éditeur:

Après un séjour en prison sous l’injuste accusation de terrorisme, l’Alligator est devenu intermédiaire professionnel entre le monde judiciaire et celui des hors-la-loi. Dans ses enquêtes, il est aidé par Rossini, vieux truand à l’ancienne et par Max la mémoire. Une femme meurt dans des conditions atroces, un adepte du sadomasochisme vient contacter l’Alligator pour qu’il retrouve son épouse disparue : c’est ainsi qu’ils vont plonger dans le monde souterrain de la souffrance volontaire, à la recherche du Maître des nœuds, un tortionnaire qui sait se faire adorer de ses victimes. Pour les trois anciens détenus, le plus dur ne sera pas de progresser les armes à la main entre bonne société et mafias des pays de l’Est ou du Sud, mais de se retrouver, au bout du monde SM, face à leurs propres souvenirs de prisonniers.
Remarquable comme toujours par sa précision documentaire et son regard froid sur les plaies sociales, cette œuvre de Carlotto nous fait découvrir un enquêteur très particulier, dont les aventures connaissent un grand succès en Italie.

Evaluation :

Voir aussi

L’audition du docteur Fernando Gasparri

Auteur: Giuseppe Santoliquido Editeur: La Renaissance du livre – 2012 (240 pages) Lu en novembre …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :