mardi , 27 octobre 2020

Martha ou la plus grande joie

Auteur: Francis Dannemark

Éditeur: Le Castor Astral – 2017 (192 pages)

Lu en juillet 2020

Mon avis:Ô temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices,
Suspendez votre cours !
Laissez-nous savourer les rapides délices…
… De ce joli roman trop court.

Martha et son frère jumeau Martin sont en route pour un petit séjour dans un petit village de l’Yonne. A plus ou moins 50 ans, Martha se remet doucement d’une vilaine chute et d’un long coma. Encore fragile, elle revient à la vie en ayant perdu un peu de sa tête et un peu de sa mémoire. Mais au change, elle a (re)gagné une capacité enfantine à s’émerveiller devant les beautés de la nature, de l’insouciance et de la fantaisie, et une joie de vivre contagieuse. Martha et Martin font ce court voyage pour rencontrer Jeanne, une vieille dame qui a bien connu leur père des années auparavant, et qui souhaite leur remettre un manuscrit de celui-ci. D’autres rencontres, tout aussi touchantes et marquantes, émailleront leur séjour, dont certaine qui chamboulera en profondeur le cours de la vie de Martha.

Un roman comme un joli ruisseau, qui coule fluide et limpide, vif ou serein, mélancolique ou nostalgique, rempli d’espoir. Les personnages sont attachants, qui soignent leurs vieilles blessures en silence et sans larmoyer, et qui après avoir surmonté les obstacles de la vie, ont décidé de sourire à celle-ci avec générosité, authenticité et bienveillance.
Entre amours passées ou futures et secrets de famille, “Martha ou la plus grande joie” est un joli roman, tendre et pétillant, plein d’humanité et de poésie, qui nous invite à savourer, dans un moment suspendu, les “rapides délices des plus beaux de nos jours“.

Présentation par l’éditeur:

“Martha a perdu de larges pans de sa mémoire à la suite d’un accident. Elle parle peu mais elle voit tout. Et quel sourire ! Au début de l’été, en nous rendant dans un joli village au bord de l’Yonne, nous ignorions qu’une femme âgée allait nous dévoiler son passé et nous plonger dans l’eau froide du nôtre. Pendant ce temps, en Irlande, un vieil écrivain, dont j’étais le traducteur et l’ami, serait accusé de plagiat et disparaîtrait dans la nature.

Mais lorsque je repense à ces journées, j’ai envie de retenir tout ce qu’elles ont eu de tendre, de farfelu et de merveilleux. J’ai envie de parler de la plus grande joie de Martha, qui pourrait bien être aussi la mienne. Et la vôtre.”

De révélations en rencontres, la vie des protagonistes se transforme, faisant place à une grande joie, dans cette comédie dramatique où l’on retrouve la “petite musique” si fluide de l’auteur.

Quelques citations:

– C’est terrible d’être vieux et seul quand on a encore tant d’amour à donner…

– Les mots signifient tout, n’importe quoi et le contraire. C’est le ton qui compte. C’est la lumière dans les yeux de la personne qui parle et dans ceux de celle qui écoute. Le grain de la voix. Une vibration dans l’aire. La courbe qui dessine la main pendant que les mots filent. Allez faire passer ça dans un texte…! Ecrire est un métier affreusement compliqué.

Evaluation :

Voir aussi

Vie à vendre

Auteur: Yukio Mishima Éditeur: Gallimard – 2020 (272 pages) Lu en septembre 2020 Mon avis: …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :