dimanche , 19 novembre 2017
Accueil / Etoiles / 3 étoiles / Comme neige au soleil

Comme neige au soleil

Auteur: William Boyd

Editeur: Points – 1995 (459 pages)

Lu en décembre 2015

comme neige au soleilMon avis: « Comme neige au soleil », c’est la grande Histoire de la Grande Guerre, vue depuis le promontoire du Kilimandjaro, planté sur la frontière des colonies d’Afrique orientale, l’allemande et la britannique. C’est aussi la petite histoire de deux familles, l’une anglaise, l’autre allemande, et d’un Américain, tous aux prises avec des événements qui les dépassent. Au début de l’été 1914, personne ne croit réellement à la guerre, ou alors on croit à une petite guerre, à peine quelques échauffourées avant de s’arranger entre gens civilisés. Enfin, ça c’est ce qu’imaginent les Anglais, qui se présentent au combat avec un flegme tout british. Parce que les Allemands, autrement prévoyants et conquérants, font preuve d’une organisation et d’une efficacité bien germanique.

Absurdité de la guerre (pourquoi se bat-on, déjà?), incurie des états-majors (sur quelle plage africaine devons-nous débarquer, damned?), cynisme de la vie (survivre à quatre années de guerre et mourir de la grippe espagnole, un mois après l’Armistice), personne n’en sort indemne. William Boyd n’évoque pas seulement la génération perdue d’hommes morts, estropiés ou brûlés au gaz moutarde, mais aussi les femmes, leurs femmes, victimes collatérales à bien des égards. Et leurs histoires d’amour, compliquées ou favorisées par la guerre. Ou les deux en même temps, dans un triangle amoureux tragique entre jeunes gens victimes de leur immaturité et de la pudibonderie victorienne.

En 1985, Bernard Pivot avait dit de ce roman, dans son émission « Apostrophes », qu’un « lecteur normalement constitué ne peut pas ne pas lire ce livre avec passion », et s’engageait à rembourser tout lecteur déçu. Je dois constater que je ne suis pas une lectrice « normalement constituée », parce que je n’ai pas réussi à me « passionner » pour ce roman. Du même auteur, j’ai bien davantage apprécié « Orages ordinaires » et, dans une mesure un peu moindre, « Brazzaville plage ». Ici j’ai traîné mon ennui au milieu des descriptions de manœuvres militaires, un peu à l’image des jeunes recrues tuant le temps lors des interminables semaines à bord des bateaux transportant les troupes des Indes en Afrique. Mais bon, en cette fin 2015, 30 ans après « Apostrophes », il y a prescription, et je m’en voudrais d’envoyer une réclamation à Monsieur Pivot.

Présentation par l’éditeur:

« Au pied du Kilimandjaro, en Afrique orientale, retentit l’écho lointain d’un attentat à Sarajevo… Colons, fermiers et militaires des deux bords se jettent avec ardeur dans la guerre, persuadés qu’elle ne durera pas plus de deux mois : il fait bien trop chaud pour se battre plus longtemps !

Pourtant, quatre ans plus tard, trois semaines après l’armistice en Europe, l’armée allemande d’Afrique n’a toujours pas capitulé… car personne ne lui a ordonné de le faire…

Evaluation :

Voir aussi

Au revoir là-haut

Auteur: Pierre Lemaître Editeur: Albin Michel – 2013 (576 pages) Prix Goncourt 2013 – Prix …