lundi , 29 novembre 2021

Antigone

Auteur: Henry Bauchau

Editeur: Actes Sud – 1997 (368 pages)

Prix Rossel 1997

Lu en novembre 2021

Mon avis: A la mort de son père, le roi aveugle Œdipe, Antigone rentre à Thèbes. Après avoir marché dix ans durant avec son père sur les chemins de Grèce, elle doit retourner dans sa ville natale. Sa ville maudite, puisque ses deux frères jumeaux, Etéocle et Polynice, s’en disputent le trône, et que l’affrontement mortel se rapproche inexorablement. Etéocle occupe le pouvoir, mais Polynice, le traître banni, marche sur la ville avec une armée. La guerre menace, Antigone le sait, et veut tout faire pour empêcher ses frères tant aimés de s’entretuer. Elle sait aussi qu’elle va échouer, mais elle n’a pas le choix, en tant que sœur il lui est impossible de prendre parti pour l’un d’eux ou de les laisser se déchirer, son destin lui commande de s’interposer.

Fraîchement accueillie à son retour à Thèbes, elle y trouve néanmoins sa place, s’occupe de soigner et nourrir les miséreux de la ville. Elle tente une médiation entre ses deux frères, en vain. La guerre est là, les frères ennemis se livrent une lutte sans merci dont aucun ne réchappe. Etéocle a droit à tous les honneurs lors de ses funérailles, tandis que le cadavre de Polynice est laissé aux vautours hors les murs de la ville. Créon, leur oncle et désormais roi de Thèbes, a décrété que le traître ne méritait pas de sépulture, et que celui qui tenterait de l’enterrer serait condamné à mort. A nouveau, le devoir et le destin d’Antigone l’appellent ; elle parvient à jeter quelques poignées de terre sur le corps de Polynice, avant d’être arrêtée. Elle s’en justifie devant Créon : « Je ne refuse pas les lois de la cité, ce sont des lois pour les vivants, elles ne peuvent s’imposer aux morts. Pour ceux-ci il existe une autre loi qui est inscrite dans le corps des femmes. Tous nos corps, ceux des vivants et ceux des morts, sont nés un jour d’une femme, ils ont été portés, soignés et chéris par elle. Une intime certitude assure aux femmes que ces corps, lorsque la vie les quitte, ont droit aux honneurs funèbres et à entrer à la fois dans l’oubli et dans l’infini respect. Nous savons cela, nous le savons sans que nul ne l’enseigne ou l’ordonne ». Elle n’attend aucune clémence, aucun secours, elle refuse que ses amis se révoltent contre Créon et que le sang soit versé en son nom, son destin doit s’accomplir.

A l’école, j’avais dû lire l’Antigone de Jean Anouilh quand j’avais 15-16 ans, et cette héroïne au tempérament entier, intègre, idéaliste, qui voulait tout, tout de suite, m’avait alors bouleversée, subjuguée. Avec le roman de Bauchau, le coup de cœur est moins fulgurant, mais tout de même, quel personnage. Et puis la forme du roman, plus longue que celle d’une pièce de théâtre, permet de pousser davantage l’analyse psychologique des protagonistes, et il faut avouer que le mythe d’Œdipe et de sa descendance est un aubaine pour le psychanalyste qu’était Henry Bauchau. Il y a la question fascinante de la gémellité, avec le brillant Polynice, préféré de sa mère Jocaste, et Etéocle, l’éternel complexé, qui n’existe et ne se construit que dans sa rivalité avec son frère. Et Antigone, vouée dès sa naissance à se sacrifier pour les autres sans jamais pouvoir vivre sa propre vie ni tenir compte de ses désirs, d’aimer ou d’avoir des enfants. Infiniment, terriblement seule malgré tout l’amour de sa famille, de ses fidèles amis, de ses soupirants à qui elle s’empêche de céder, parce qu’une force supérieure l’appelle. Et puis il y a le Destin, celui qui s’accomplira quoi qu’on fasse pour le détourner de son cours.

Il y a l’amour et la haine, les deux faces d’une même médaille, indissolublement liées, et qui conduiront Antigone à la mort. Il y a aussi l’opposition homme/femme, l’individuel et le collectif, la politique et le sacré, la filiation et la maternité, l’amour et le renoncement, la force et la fragilité d’une femme. Antigone l’héroïque est amour, passion, désespoir, désirs, féminité, regrets, révolte, impuissance, résignation. Elle porte sa souffrance et celle des autres et son horreur de la guerre, un poids bien trop lourd pour elle, qu’elle dépose dans un dernier cri de rage, avant le silence du tombeau.

L’Antigone de Bauchau est un texte très (parfois trop) lyrique et un peu long. Mais, parsemé de belles fulgurances et de moments poignants, entre noirceur et lumière, il est l’écho d’un cri qu’on entend encore bien après avoir refermé le livre, et le portrait d’un personnage inoubliable.

Présentation par l’éditeur:

Lumineuse, intrépide, féminine, l’Antigone d’Henry Bauchau s’inscrit avec force dans l’histoire de la réécriture du mythe.

Il fallait sans doute un roman pour incarner les passions de la jeune mendiante qui, après avoir suivi son père, le roi aveugle Œdipe, des années durant, prend contre toute prudence le chemin de Thèbes avec l’espoir d’empêcher la guerre entre les fils de Jocaste, ses deux frères tant aimés. Commence alors pour elle une suite d’épreuves, de doutes, de joies et de déchirements.

Traversée d’épisodes sublimes où resplendissent la beauté des chevaux, l’éclat des armes et la vaine gloire des combats, Antigone n’en est pas moins une œuvre d’écoute et d’attention à la souffrance, qui chante les regrets de l’amour, l’apaisement des blessures, l’ambivalence des désirs, les mystères de la filiation.

Evaluation :

Voir aussi

Ce n’était que la peste

Auteur: Ludmila Oulitskaïa Editeur: Gallimard – 2021 (144 pages) Lu en novembre 2021 Mon avis: …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :