jeudi , 3 décembre 2020

La fête interdite

Auteur: André-Marcel Adamek

Éditeur: Espace Nord – 2019 (278 pages)

Lu en octobre 2020

Mon avis: En cet an de grâce du 17ème siècle à Marselane, la fête de la Saint-Luc n’aura pas lieu. Elle n’a pas été interdite en raison d’une épidémie de peste ou de choléra, non, elle a été confisquée par les forains eux-mêmes.
A la mi-octobre, Samir, le dresseur d’ours, est arrivé au village avec quelques jours d’avance, avant ses collègues saltimbanques. Le dimanche à la sortie de la messe, malgré l’interdiction du sénéchal, il montre le nouveau numéro de son ours aux paroissiens. Mais pendant le spectacle, Sadim est victime d’un malaise et meurt. Son ours, devenu agressif, est tué.
Partie d’un malentendu, la rumeur enfle, court et circule et arrive aux oreilles des forains : les habitants de Marselane ont tué Samir !
Les forains se vengent en décidant de ne pas se rendre au village pour la fête, et jettent une malédiction sur ses habitants.
La nouvelle atterre les villageois, pour qui la Saint-Luc est la fête la plus importante de l’année, leur seule occasion de se livrer à toutes sortes de réjouissances après une saison de dur labeur, de quoi se réchauffer le cœur et la tête juste avant l’entrée dans l’hiver. Ils décident alors d’envoyer une ambassade auprès du prévôt des forains pour dissiper le malentendu et faire revenir ceux-ci à Marselane. Lauric, le forgeron, et le vieil Alban se mettent en route, sans se douter que bien des aventures les attendent en chemin…

La fête interdite” est un roman d’aventures tendance picaresque, un conte pour adultes, une quête collective (le retour de la fête) mais aussi individuelle (la justice, le pardon, la liberté). Ecrit dans le style de l’époque, le langage est désuet mais savoureux, coloré de fantastique et d’irrationnel, caressé de sensualité. De beaux portraits de femmes (dans une société où elles ne comptaient pas pour grand-chose) et des personnages attachants achèvent de transformer ce texte en un joli roman, faussement simple, rempli de chaleur, de tolérance et de bienveillance.
Je ne sais pas pourquoi c’est ce roman qui est précisément sorti de ma pile à lire au moment du reconfinement, alors que nous sommes contraints de renoncer aux fêtes, mais cela doit vouloir dire quelque chose… “S’il est une évidence qui nous est apparue, c’est que nous ne pouvons vivre sans l’espérance de votre annuel retour [celui des forains et saltimbanques]. Chacun de nous puise en vos tours, costumes et lumières la part d’émerveillable sans quoi son esprit resterait cloué à terre, pareil à celui d’un mulot en son trou. Mon défunt compagnon s’extasiait devant les tréteaux de la femme-léopard. Moi, c’est pour la femme-serpent que battait mon cœur. Et combien de nos enfants ne rêvent-ils pas de devenirs jongleurs ou comédiens? Combien de nos femmes perdraient-elles leur sourire du matin sans avoir écouté les récits de vos diseurs? (…) Longtemps après votre départ et jusqu’aux portes du printemps nouveau, les mélodies de vos musiciens sont fredonnées en nos chaumières. Vous êtes le fleuve qui à chaque automne vient irriguer nos terres appauvries. Nous nous desséchons sans vous et nos racines partent en poussière.”

Présentation par l’éditeur:

Alors que l’hiver approche, tout le village de Marselane attend l’arrivée des saltimbanques pour la traditionnelle fête de la Saint-Luc. Sadim, le montreur d’ours, arrive quelques jours avant l’ouverture de la fête et meurt en pleine représentation. La rumeur circule que les villageois de Marselane l’ont tué. De cette méprise va découler une terrible malédiction que les forains vont prononcer à l’encontre des habitants de Marselane. Les villageois, privés de la fête qui clôture la belle saison, envoient alors deux émissaires pour parlementer avec le prévôt des forains. Alban et Lauric partent pour un périple chargé d’aventures, d’amour et de morts.

Quelques citations:

– La vérité, forgeron, est fille de joie qui sans cesse maquille sa face et se complaît dans le lit des aveugles.

– S’il est une évidence qui nous est apparue, c’est que nous ne pouvons vivre sans l’espérance de votre annuel retour [celui des forains et saltimbanques]. Chacun de nous puise en vos tours, costumes et lumières la part d’émerveillable sans quoi son esprit resterait cloué à terre, pareil à celui d’un mulot en son trou. Mon défunt compagnon s’extasiait devant les tréteaux de la femme-léopard. Moi, c’est pour la femme-serpent que battait mon coeur. Et combien de nos enfants ne rêvent-ils pas de devenirs jongleurs ou comédiens? Combien de nos femmes perdraient-elles leur sourire du matin sans avoir écouté les récits de vos diseurs? (…) Longtemps après votre départ et jusqu’aux portes du printemps nouveau, les mélodies de vos musiciens sont fredonnées en nos chaumières. Vous êtes le fleuve qui à chaque automne vient irriguer nos terres appauvries. Nous nous desséchons sans vous et nos racines partent en poussière.

Evaluation :

Voir aussi

La fin de l’histoire

Auteur: Luis Sepúlveda Éditeur: Métailié – 2017 (208 pages) Lu en octobre 2020 Mon avis: …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :