mardi , 5 juillet 2022

La mort entre ses mains

Auteur: Ottessa Moshfegh

Editeur: Fayard – 5 janvier 2022 (260 pages)

Lu en janvier 2022

Mon avis: Vesta Gul, 72 ans, vit dans une cabane au fond des bois. Veuve depuis peu, elle a vendu sa grande maison à l’autre bout des Etats-Unis, où elle vivait avec son mari, pour s’installer dans ce trou perdu telle une ermite. Pas de famille, pas d’amis, pas de téléphone, mais elle s’en fiche, elle a tout ce qu’il lui faut : son chien Charlie et la radio pour compagnie, et sa vieille voiture pour les courses en ville une fois par semaine.
Un jour, alors qu’elle se promène dans la forêt avec Charlie, elle découvre sur le sol un bout de papier avec un étrange message : « Elle s’appelait Magda. Personne ne saura jamais qui l’a tuée. Ce n’est pas moi. Voici son cadavre ». Mais Vesta n’aperçoit aucun cadavre, ni aucun signe ou indice de crime ou d’accident. Plutôt que d’avertir la police, elle décide de mener discrètement sa propre enquête. Elle n’a rien de concret à se mettre sous la dent pour progresser, alors elle envisage les mobiles possibles, et dresse une liste de suspects. Forcément un homme, forcément quelqu’un du coin. Elle essaie aussi d’établir le profil de Magda, à partir de rien sauf son intuition. Ou faudrait-il plutôt parler de son imagination ? Vesta s’entête, s’obstine, et des choses bizarres se produisent qui viennent alimenter sa théorie.
C’est Vesta elle-même qui nous raconte son enquête, ses hypothèses, ses impressions, son raisonnement, sa méfiance, son inquiétude. Par bribes, son passé et son portrait affleurent au fil du récit : une femme aux nerfs fragiles, mariée jeune à un homme plus âgé, brillant et affectueux en apparence mais en réalité dominateur et méprisant, étouffant. Sa tristesse à son décès, son soulagement inavoué aussi, et l’adoption de Charlie pour combler le vide affectif et cet espace de liberté soudaine, son déménagement qui sonne comme un nouveau départ.
Avec « La mort entre ses mains », on croit entrer dans un polar, mais on comprend peu à peu qu’il s’agit davantage d’un suspense psychologique que de la résolution d’une enquête criminelle. Il s’agit surtout du portrait d’une femme âgée, effroyablement seule, que son esprit obsessionnel menace de faire basculer dans la démence. Elle vacille d’autant plus qu’elle réalise (mais sans réellement oser se l’avouer) qu’elle arrive au bout d’une vie gâchée par l’égoïsme et l’emprise d’un homme, une vie de rêves et de passions avortés et enfouis, pas oubliés mais désormais irréalisables.
Etre dans la tête de Vesta pendant 260 pages n’est pas de tout repos, c’est même plutôt oppressant. Mais c’est fascinant, et touchant, de la voir s’investir dans son enquête comme dans une mission. Et s’il y a de l’humour, il fait rire jaune tant à la fin cette histoire de vie non vécue laisse une impression de tristesse, de gâchis, et de crainte de finir seul.e.

En partenariat avec les Editions Fayard via Netgalley.
#Lamortentresesmains #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Alors qu’elle promène son chien dans une forêt reculée, Vesta Gul tombe sur un message écrit à la main, délicatement maintenu au sol par des cailloux. « Elle s’appelait Magda. Personne ne saura jamais qui l’a tuée. Ce n’est pas moi. Voici son cadavre. » Autour d’elle, des arbres, le bruissement des feuilles, mais nulle trace d’un crime.
Vesta n’a bientôt plus qu’une obsession : résoudre ce mystère. Qui était Magda ? Que lui est-il arrivé ? Et où est son cadavre ? Avec le peu d’indices dont elle dispose, Vesta dresse une liste des suspects et de leurs mobiles. À mesure que son enquête avance, les dissonances bizarres s’accumulent, peut-être liées aux zones d’ombre de son propre passé…
Mélange singulier de polar, de suspense et de comédie grinçante, le nouveau roman d’Ottessa Moshfegh dévoile subtilement les mécanismes d’une psyché en proie à l’obsession, qui ne sont peut-être pas si différents de ceux qui président à l’élaboration de toute histoire.

Evaluation :

Voir aussi

La Maligredi

Auteur: Gioacchino Criaco Editeur: Métailié – 3 juin 2022 (320 pages) Lu en juin 2022 …

%d blogueurs aiment cette page :