mercredi , 5 octobre 2022

Le panache de l’escargot

Auteur: Pascale Seys

Editeur: Editions Racines – 2020 (192 pages)

Lu en décembre 2021

Mon avis: Autant j’avais apprécié les deux premiers recueils de « philosophie vagabonde » de Pascale Seys, autant celui-ci m’a laissée au bord de la route.
La formule est pourtant la même, l’auteure nous amène, parfois à partir de points de départ surprenants, à réfléchir aux grandes questions existentielles qui nous traversent partout et tout le temps, à lever le nez du guidon de la vie quotidienne effrénée et à prendre de la hauteur ou du recul pour se poser (se « pauser ») et « regarder loin, humer de près, sentir en profondeur et explorer une dimension supérieure ». De Platon à Tarantino en passant par Dostoïevski et Delphine Horvilleur, elle nous invite à nous interroger sur la vieillesse, l’amour, l’amitié, le temps, le travail ou encore, actu oblige, sur le repli sur soi, le confinement de la pensée, la solidarité.
Le style est toujours fluide, élégant et érudit (mais accessible), on s’éblouit de tant de culture générale et de sagesse, distillées avec intelligence, douceur et/ou humour, sans jugement.
Mais voilà, je me suis souvent retrouvée à me demander, pour certaines chroniques, quel était le rapport entre le point de départ de la réflexion et la conclusion à l’arrivée, et à me dire « oui d’accord, mais encore ? Et après ? Quel est le message ? »
Sans doute mon esprit vagabondait-il ailleurs que dans ces pages pendant ma lecture.

Présentation par l’éditeur:

Un troisième recueil de philosophie vagabonde très attendu après le succès des deux premiers…
« Regarder loin, humer de près, sentir en profondeur et explorer une dimension supérieure » : c’est ce voyage-là, exactement, que cette diablesse de la philosophie nous fait faire, nous menant à nous et aux autres sous couvert de papillons, de homards, de scorpions et de grenouilles, étrangement et délicieusement accouplés à Dostoïevski, Platon, Socrate ou Thoreau, savoureusement pimentés par Tarantino, Brian De Palma, David Hockney ou Louise Bourgeois, le tout savamment enrobé de protoxyde d’azote. (B. D.)
Préface de Béatrice Delvaux, journaliste

Evaluation :

Voir aussi

Les otages : Contre-histoire d’un butin colonial

Auteure: Taina Tervonen Editeur: Marchialy – 31 août 2022 (300 pages) Lu en août 2022 …

%d blogueurs aiment cette page :