jeudi , 24 octobre 2019
Accueil / Etoiles / 3 étoiles / Armadillo

Armadillo

Auteur: William Boyd

Editeur: Points – 1998 (367 pages)

Lu en août 2016

armadilloMon avis: Ami lecteur, permets-moi de commencer cette chronique par un coup de gueule : la 4ème de couverture de l’édition de poche (Points 1998) de ce roman, c’est du n’importe quoi. Nous dire que le héros découvre, un beau matin d’hiver, l’homme avec qui il a rendez-vous pendu dans les ruines de son entreprise, rien à redire. Mais ajouter ensuite que c’est à ce moment-là que « tout va changer dans la vie de Lorimer » puisqu’il perd tout, boulot, argent, amis, sommeil, alors là, non non et re-non, ça ne va pas du tout. le sommeil, Lorimer l’a perdu depuis belle lurette, les amis, il n’en avait pas vraiment, et je n’ai vu personne de son entourage se détourner de lui. Quant au boulot, source de ses revenus, il ne le perd qu’à la page 322 (sur 367!), alors que le pendu est intervenu (si on peut dire) à la 6ème ligne de la première page, et que quelques semaines passeront entre-temps. Bref, après ce résumé « approximatif » de l’éditeur, on s’attend à lire l’histoire d’un type tombé en disgrâce au premier chapitre, et la façon dont il remonte (ou pas) la pente. Mais en fait, non, on assiste à une lente descente aux enfers (enfin, tout est relatif) de ce héros malgré lui qu’est Lorimer Black et on essaie de repérer les indices annonciateurs du licenciement, évoqué dès la 4ème de couverture. Avouez que ça change un peu la perspective et que ça casse l’effet de surprise. Mais je m’emporte.
« Et l’histoire, dans tout ça ? », me direz-vous. Ah oui, j’oubliais.
Nous avons donc Lorimer Black, golden boy d’une compagnie d’assurances londonienne, expert en règlements de sinistres. Sa fonction consiste à revoir à la baisse les demandes d’indemnisations des assurés sinistrés. Il ne s’encombre guère de morale et d’éthique, et garnit tranquillement son compte en banque grâce aux bonus qu’il empoche à chaque règlement. Jusqu’à la grosse affaire de trop, dans laquelle il flaire l’arnaque d’envergure et se mêle de ce qui ne le regarde pas, risquant ainsi de mettre au jour des malversations qui le dépassent. Intimidations, menaces, agression, voilà notre petit soldat (armadillo = petit homme armé) bien démuni face au cynisme de sa profession. Une faille de plus dans sa propre confiance, dans son armure en carton doré qui, de loin, peut faire illusion, mais qui prend l’eau au moindre nuage noir à l’horizon. Troubles du sommeil, racines familiales embarrassantes, sentiment permanent d’insécurité matérielle et amoureuse sont les autres boulets que traîne Lorimer dans cet hiver londonien gris et glacial.
Avec bienveillance et une certaine tendresse, et surtout un humour au flegme si britannique, William Boyd tire le portrait de ce héros déboussolé en même temps que celui d’une ville en mutation immobilière et d’une époque en mal de repères, soumise à la tyrannie de l’apparence. Ecrit il y a presque 20 ans, ce roman n’a pas pris une ride.

Présentation par l’éditeur:

Un matin d’hiver, Lorimer Black, jeune, beau, sûr de lui – en apparence -, découvre l’homme avec lequel il avait rendez-vous pendu parmi les décombres de son usine. Tout va alors basculer dans la vie de Lorimer. Privé de son emploi, de ses amitiés, de ressources et de sommeil, l’ex-expert en sinistres auprès d’une compagnie d’assurances se retrouve désarmé dans une société cynique et malhonnête.

Avec Londres en toile de fond, le septième roman de William Boyd est une anatomie comiquement révélatrice de la nature déconcertante de la vie contemporaine. A la fois ironique et émouvant, Armadillo explore des zones qui nous touchent tous : la quête vaine des certitudes, l’immense besoin de sécurité et la soif éternelle d’aimer quelqu’un d’un amour payé de retour…

Evaluation :

Voir aussi

Le Kurde qui regardait passer les nuages

Auteur: Fawaz Hussain Editeur: Editions Zinédi – 26 septembre 2019 (118 pages) Lu en octobre …

2 commentaires

  1. Avatar

    On se demande parfois qui écrit les quatrièmes de couverture et pourquoi… Quelquefois, elles sont tout à fait à côté de la plaque. D’autres fois, elles nous délivrent la clé du roman avant la lecture de celui-ci… Bref, il faudrait créer un vrai métier et trouver des personnes suffisamment compétentes pour établir ce résumé qui est censé nous mettre l’eau à la bouche… Un vœu pieu !