mercredi , 25 mai 2022

Cité engloutie

Auteur: Marta Barone

Editeur: Grasset – 16 mars 2022 (384 pages)

Lu en avril 2022

Mon avis: Marta Barone, l’auteure, a 24 ans lorsque son père Leonardo, la soixantaine, meurt d’un cancer en 2011. Du passé de celui-ci avant sa naissance, Marta ne sait pas grand-chose, hormis qu’il a fait de la prison à la fin des années 70 mais qu’il a fini par être innocenté, en telle sorte que la jeune femme n’y avait jamais accordé beaucoup d’importance ni d’attention. Mais au décès de Leonardo, elle trouve par hasard une copie du pourvoi en cassation rédigé par l’avocat de son père en 1982, qui a permis de l’innocenter. C’est à cette occasion que Marta apprend que son père avait été condamné pour participation à une organisation terroriste, en l’occurrence Prima Linea, groupe armé d’extrême-gauche, actif en même temps que les Brigades Rouges, pendant les années de plomb en Italie.

Mais qu’entend-on par « participation », dans le contexte socio-politique de violence et de radicalisation de ces années-là ? C’est la première question d’une longue série pour Marta, qui décide de mener l’enquête, interrogeant proches et témoins, fouillant les archives des journaux, scrutant d’anciennes photos, dans l’espoir de trouver des informations qui lui permettraient de comprendre cet homme insaisissable et de reconstituer tout un pan de sa personnalité, dont elle ignorait tout.

Au fil de ses recherches, elle découvre que son père, dans cette « vie d’avant », était engagé politiquement côté extrême gauche, mais qu’il avait toujours refusé de participer à la lutte armée. L’homme était un idéaliste, pétri d’humanité, imprégné de l’utopie de l’égalité entre les hommes, qui s’est toujours tenu aux côtés (ou parmi) des ouvriers des grandes usines, exploités dans des conditions de travail et de vie épouvantables. Profondément déçu ensuite par les dérives du communisme, éprouvé par son emprisonnement, il n’avait jamais parlé de toute cela avec sa fille, d’autant plus que leurs relations, rarement complices et souvent distantes, ont toujours été compliquées.

A travers le portrait de son père, Marta Barone retrace aussi cette période sanglante de l’histoire italienne récente (d’une violence inouïe dont je n’avais pas idée). C’est aussi sa propre histoire qu’elle (ré)appréhende, elle qui pensait jusque là qu’elle s’était construite en dehors de celle de son père. Mais ces racines qu’elle explore, aussi irrémédiablement perdues et subjectivement reconstituées soient-elles, sont autant celles du père que celles de la fille.

Sur les thèmes de la mémoire, la perte, la transmission, la quête des origines et l’engagement, Marta Barone raconte avec beaucoup de talent, de pudeur et de sensibilité l’histoire d’un homme ancrée dans celle d’un pays, à l’époque de la splendeur rêvée puis de la décadence bien réelle du communisme. Un livre très intéressant et très émouvant.

En partenariat avec les Editions Grasset via Netgalley.

#Citéengloutie #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Marta perd son père à l’âge de 24 ans. Mais est-on encore orphelin à cet âge-là ? Toute la souffrance liée à cette disparition ressurgit en même temps que le dossier judiciaire de son père, quelques années après le décès de celui-ci. La narratrice savait qu’il avait fait de la prison dans les années 70 – pour un malentendu, croyait-elle, car il a fini par être innocenté.
Or elle découvre une vérité toute différente. Leonardo Barone a en effet d’abord été condamné pour participation à une organisation terroriste. Pourquoi ne lui a-t-il rien dit ? A-t-il participé à la lutte armée auprès d’un groupe d’extrême gauche lors des années de plomb? À partir de cette révélation initiale, Marta n’a d’autre choix que d’enquêter pour tenter de comprendre ce qui s’est joué à ce moment-là, à Turin et dans toute l’Italie, afin de connaître ce père qui semble s’être toujours dérobé. C’est finalement le portrait d’un homme qui se dessine, sans concession, et à travers lui, celui d’une période trouble de l’histoire italienne.
Qui étaient ces militants communistes ? En quoi croyaient-ils ? Comment ont-ils vécu ? Que reste-t-il de leur combat, une génération plus tard ? Pour répondre à ces questions, Marta Barone compose un texte intelligent et subtil, empreint d’une grande humanité, qui raconte aussi la rencontre d’une fille avec son père. Un récit incandescent sur l’engagement et la transmission.

Une citation:

– Valérie déclara soudain, comme si elle reprenait le fil de notre conversation: « D’une certaine façon, toute notre existence est une traduction entre ce que nous essayons de dire et ce que nous parvenons à dire vraiment. »

Evaluation :

Voir aussi

L’horloge, Claire et notre voyage en train vers la mer

Auteur: Belinda Bonazzi Editeur: Editions Maïa – 2011 (160 pages) Lu en avril 2022 Mon …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :