mercredi , 8 avril 2020

La leçon de ténèbres

Auteur: Léonor de Récondo

Editeur: Stock (collection Ma nuit au musée) – 8 janvier 2020 (200 pages)

Lu en février 2020

Mon avis: La leçon de ténèbres, c’est l’histoire d’un rendez-vous pas comme les autres. Un rendez-vous amoureux ; jusque là, certes rien d’original. Mais un rendez-vous fixé dans une nuit étouffante de juin, au musée El Greco à Tolède, par Léonor de Récondo, à un homme qu’elle vénère, et dont elle ignore s’il viendra. Un rendez-vous particulier, donc, d’autant plus que l’objet du désir ardent de l’écrivaine et violoniste est un certain Dominikos Theotokopoulos, plus connu sous son nom d’artiste El Greco, et mort il y a plus de 400 ans…
Enfermée seule dans le musée, dans l’obscurité et la chaleur, sous l’œil voyeur des caméras de surveillance, Léonor espère sa venue, espère la rencontre avec l’un des Maîtres du Siècle d’or espagnol, pour lequel elle a eu le coup de foudre 15 ans plus tôt, lors d’une visite en ces mêmes lieux avec ses parents.
Déambulant dans les couloirs, les jardins, la chapelle du musée, elle l’appelle, tente de l’attirer, de le séduire en jouant du violon. En l’attendant, elle nous raconte par petites touches la vie de l’artiste, son parcours de la Crète à Tolède en passant par Venise et Rome, son apprentissage, ses amours, son fils, son œuvre, son métier, sa mort.
Au fil des pages, les mots et les notes de musique s’envolent et se mêlent pour composer une vibrante et sensuelle déclaration au Greco. Poésie, exaltation, délicatesse, la plume de Léonor de Récondo conjugue une nouvelle fois ces ingrédients dans un beau portrait du peintre, avec en arrière-plan, un hommage touchant à son propre père, lui-même artiste, et à sa famille.

En partenariat avec les Editions Stock via Netgalley.
#Laleçondeténèbres #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Leçon de Ténèbres : “Genre musical français du XVIIe qui accompagne les offices des ténèbres pour voix et basse continue. Se jouait donc la nuit à l’Église, les jeudi, vendredi et samedi saints.”
Le Musée Greco à Tolède n’est certes pas une Église, et Léonor de Récondo, quoique violoniste, n’y va pas pour jouer, dans cette nuit affolante de chaleur, de désir rentré, de beauté fulgurante, mais pour rencontrer, enfin, le peintre qu’elle admire, Dominikos Theotokopoulos, dit le Greco, l’un des artistes les plus originaux du XVIe siècle, le fondateur de l’école Espagnole.
Oui, Léonor doit le rencontrer et passer une nuit entière avec lui, dans ce musée surchauffée et ombreux, qui fut sa maison. Le Greco doit quitter sa Candie, natale, en Crète et traverser Venise, Rome et Madrid, où il fut de ces peintres-errants, au service de l’Église et des puissants du temps. Mais Le Greco est mort en 1614 à Tolède. Viendra-t-il au rendez-vous ?

Evaluation :

Voir aussi

L’enfant du fleuve

Auteur: Luis Do Santos Editeur: Yovana – 31 janvier 2020 (107 pages) Lu en février …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :