mardi , 5 juillet 2022

La ligne de vie

Auteur: Marie Gevers

Editeur: Luc Pire-Espace Nord – 2008 (272 pages)

Lu en mai 2022

Mon avis: Dans ce roman rural, Marie Gevers dépeint la vie des habitants de la Campine anversoise à la fin du 19ème siècle. Des vies de rude labeur, tant pour les pauvres qui luttent au quotidien pour se nourrir et survivre, que pour les riches, qui n’épargnent pas leur peine pour conserver et accroître leur fortune. Paysans exploités, grands propriétaires et petits commerçants s’agitent et intriguent, imprégnés du poids de la religion, des traditions et des superstitions locales. Les suspicions de sorcellerie ne sont jamais loin, et celles qui planent en particulier sur l’étrange Emérance et sa ferme prospère (une femme qui s’enrichit à la force de son poignet ? Allons donc, le diable y est sûrement pour quelque chose!) attisent les craintes et les rancœurs.

Sans misérabilisme ni condescendance, l’auteure crée une galerie réaliste de personnages, attachants pour les uns, peu reluisants voire odieux ou aberrants pour d’autres. Au rythme des saisons qu’elle sait si bien décrire, Marie Gevers livre un roman âpre, entre jalousies, trahisons, vengeances et secrets de famille, dans lequel l’amour et la vie l’emportent tant bien que mal sur les malédictions et la mort.

« Hélas…il suffit de croire à ces choses [la sorcellerie], pour que tout se passe comme si, vraiment, elles existaient. Elles ne sont qu’un des visages de la faim, de la misère, de la maladie, de l’amour et de la mort ».

#LisezVousLeBelge

Présentation par l’éditeur:

Dans la rudesse de la campagne flamande, à la fin du XIXe siècle, c’est tout un village qui lutte chaque jour pour trouver le pain. Les superstitions s’en mêlent, les jalousies, les amours blessées, les secrets de famille et l’on voit bientôt, derrière la prospérité de la ferme d’Emérance, les agissements d’une sorcière. C’est sur toute sa descendance que pèseront ces suspicions et ces haines, jusqu’à ce que la mort se mêle à la vie, la vengeance à l’amour. 

Une citation:

  • Mon garçon, vivre, c’est oser.
Evaluation :

Voir aussi

La Maligredi

Auteur: Gioacchino Criaco Editeur: Métailié – 3 juin 2022 (320 pages) Lu en juin 2022 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :