mercredi , 5 octobre 2022

Deux arbres, une forêt

Auteur: Jessica L. Lee

Editeur: Marchialy – 4 mai 2022 (350 pages)

Lu en mai 2022

Mon avis: Avec ce livre à la fois autobiographique, mémoriel, récit de voyage et « nature writing », Jessica L. Lee a cherché à mieux cerner ses origines taïwanaises. Ses grands-parents maternels sont nés en Chine et ont quitté leur pays pour Taïwan au moment de l’avènement du régime communiste. Des années plus tard, ils ont émigré au Canada. Après leur mort, l’auteure et sa mère ont découvert des écrits du grand-père, dans lequel il revient de façon confuse (il était atteint d’Alzheimer au moment où il les a rédigés) sur sa vie passée. Réalisant qu’elle ne sait pas grand-chose de son histoire familiale, elle décide de se rendre à Taïwan pour renouer avec ce passé.

Cette quête des origines s’avère d’emblée difficile et un peu vaine, puisque la narratrice sait qu’il ne reste que très peu de traces tangibles de la vie de ses grands-parents, tant en Chine qu’à Taïwan, où il ne reste pratiquement plus aucun membre de leurs familles.

« Deux arbres, une forêt » parle aussi de Taïwan, une île rebelle, dont l’histoire, la politique et la géologie sont instables en raison de ses relations complexes avec son encombrant voisin chinois et sa position sur la ceinture de feu du Pacifique. C’est aussi une île à la géographie compliquée, faite de plaines, de montagnes et de falaises escarpées, qui connaît tous les types de climat et qui, grâce à tout cela, jouit d’une faune et d’une flore d’une immense diversité biologique et en grande partie endémique.

Tout cela aurait pu être fort intéressant, mais ce livre ne m’a pas convaincue. Je comprends bien la démarche personnelle de l’auteure dans ce retour aux sources à la fois familial et géographique, mais elle n’a pas réussi à me captiver, au contraire. Ses descriptions concernant l’histoire naturelle de Taïwan, trop encyclopédiques voire érudites, m’ont profondément ennuyée. Quant au récit familial et aux comptes-rendus de ses excursions sur l’île, je m’y suis perdue, dans la mesure où ils sont livrés par bribes et en dehors de toute chronologie. L’ensemble m’a donc paru confus, hétéroclite, répétitif et manquant de consistance, sans que le style, distant et impersonnel, parvienne à (me) rendre cette histoire attachante.

En partenariat avec les Editions Marchialy via Netgalley.

#Deuxarbresuneforêt #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Considérée comme une des nouvelles voix du récit de voyage, Jessica J. Lee livre une enquête personnelle, entre filiation et environnement, sur l’île de Taïwan

Découvrant les mémoires de son grand-père, la Canadienne Jessica J. Lee prend conscience qu’elle connaît peu l’histoire de ses grands-parents originaires de Taïwan, séparés irrévocablement de leur famille au moment de l’avènement de la Chine communiste. Au gré de ses excursions sur l’île, en forêt, en montagne ou sur la côte, elle renoue avec ce passé enfoui.

Deux arbres, une forêt est un récit de voyage poétique sur les traces d’une famille déchirée qui dresse un portrait de Taïwan à travers ses failles, qu’elles soient humaines, politiques ou géologiques.

Evaluation :

Voir aussi

Opéra des oiseaux

Auteure: Laurence Nobécourt Editeur: Grasset – 24 août 2022 (512 pages) Lu en août 2022 …

2 commentaires

  1. Cette recension me fait penser à un livre que j’ai lu, il y a quelques mois : « La traversée des sangliers » de Zhang Guixing (auteur taïwanais né en Malaisie). La chronologie y est également très capricieuse et c’est plutôt déroutant.

%d blogueurs aiment cette page :