jeudi , 3 décembre 2020

Negra soledad

Auteur: Ramón Díaz Eterovic

Éditeur: Métailié – 2017 (352 pages)

Lu en octobre 2020

Mon avis: Avec “Negra Soledad”, je découvre Ramón Diáz Eterovic et son héros, Heredia, détective privé des quartiers populaires de Santiago, au Chili. Enfin, héros, il faut le dire vite, Heredia est plutôt du genre désabusé et plus très fringant. Quoique, dans cet épisode, il a décidé de se marier avec Doris, mais il ne le sait pas encore. En attendant, il lui joue une valse-hésitation qui a le don de tendre l’atmosphère entre eux. Et il confie ses états d’âme à son chat Simenon (qui lui répond!), écoute de la grande musique et lit de la poésie.

Et puis une enquête lui tombe sur les bras en même temps que le ciel sur la tête : son ami, l’avocat Alfredo Razetti a été assassiné. L’enquête mène Heredia dans le nord du Chili, dans une petite ville dont les eaux sont polluées par l’entreprise minière voisine, et dont un comité d’habitants avait engagé Razetti pour les défendre et porter plainte. Avec menaces et intimidations, l’entreprise ne reculait devant rien pour préserver ses profits, mais voilà que les cadavres s’accumulent et que les langues se lient d’autant plus… Heredia aura bien du mal à remonter la chaîne jusqu’au commanditaire du meurtre de son ami.

Rien de bien nouveau sous le soleil, du Chili ou d’ailleurs : l’écologie et le bien-être des populations locales ne font guère le poids face aux enjeux financiers colossaux agités par les multinationales devant les yeux avides de politiciens corrompus. Mais il suffit parfois d’un juge courageux pour renverser la tendance.

Malgré la noirceur du thème et de l’histoire, je suis tombée sous le charme de ce roman sombre, de son anti-héros bourru au cœur tendre et loyal, et du chat Simenon, bavard pince-sans-rire à la fois pertinent et impertinent. Et au-delà de l’enquête, il y a une histoire de solitude émouvante, de nostalgie d’un passé annonciateur de lendemains chantants, de choix à poser et de destin qui se joue et se moque de tout.
Je reprendrai bientôt rendez-vous avec Mr Heredia.

Présentation par l’éditeur:

Heredia, le détective privé des quartiers populaires de Santiago, vient de se décider à mettre fin à sa solitude de célibataire : il va enfin se marier – à reculons. C’est alors qu’Alfredo, son ami avocat, est retrouvé mort. Depuis peu, il avait été engagé par les habitants d’un village du nord du Chili, aux prises avec une exploitation minière polluante bien décidée à exproprier tout le monde.

Entouré de ses complices de toujours, Simenon, son chat et confident, Anselmo, le kiosquier turfiste, et la commissaire Doris qui aimerait tant trouver une place auprès de lui, Heredia découvre l’ampleur des problèmes environnementaux au Chili, et leurs dénouements souvent tragiques : soif de lucre des entreprises, contamination des sols, indulgence coupable des autorités, spoliation des paysans.

Heredia, c’est l’âme nostalgique d’un Santiago qui n’existe plus, les rêves brisés d’une génération sacrifiée, mais c’est aussi l’histoire chilienne revue et corrigée par un justicier mélancolique et intègre. Et toujours aussi allergique aux ordinateurs…

Evaluation :

Voir aussi

La fête interdite

Auteur: André-Marcel Adamek Éditeur: Espace Nord – 2019 (278 pages) Lu en octobre 2020 Mon …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :