samedi , 18 mai 2024

Je ne suis pas là

Auteure: Lize Spit

Editeur: Actes Sud – 2023 (512 pages)

Lu en novembre 2023

Mon avis: Léo (pour Léonie) et Simon, la trentaine, sont en couple depuis dix ans. Un couple fusionnel, d’une solidité sans failles, qui a pris racine, paradoxalement, dans leurs enfances/adolescences lézardées par le décès prématuré de leurs mères respectives. « Nous étions deux piliers de guingois qui, dès lors qu’on les appuierait l’un contre l’autre, auraient plus de stabilité qu’un seul pilier à la verticale. Tout irait bien tant que nous resterions ensemble ». Chacun est l’univers de l’autre, et le monde extérieur n’a pas grand-chose à y faire.
« Tout irait bien tant que nous resterions ensemble »…
Et donc, quand Simon, ou son cerveau, se fait la malle, rien ne va plus. La descente aux enfers commence une nuit de mai 2018, quand Simon rentre d’une soirée dans un état d’excitation excessive, arborant un tatouage bizarre derrière l’oreille. Au fil des jours et des semaines, il sombre dans une psychose et une paranoïa délirantes qui vont peu à peu détruire le cocon qu’avec Léo ils avaient tissé si patiemment. La maladie met en danger non seulement Simon, de plus en plus isolé et inatteignable dans sa bulle pathologique, mais aussi Léo, qui, au bout de la patience et de la compréhension, s’efforce de cacher l’état de Simon à leur entourage, mais qui s’épuise et s’oublie dans cette spirale infernale.
Au fil de ces 500 pages, on s’enfonce de plus en plus loin dans le calvaire de Simon et Léo, de plus en plus profondément dans les strates de la folie et de la psychose. Lize Spit décrit avec une finesse psychologique remarquable la paranoïa de plus en plus prégnante de Simon, ses délires, sa violence, son autodestruction, et l’attitude de Léo, protectrice et compatissante mais intérieurement rongée par le désespoir et la solitude. Au bord de la rupture mentale, elle finit par comprendre qu’elle doit trouver un exutoire, mais ce à quoi elle se raccroche implique de trahir Simon, d’une certaine façon, et donc un énorme dilemme moral et un sentiment de culpabilité.
Comme dans l’impressionnant « Débâcle », Lize Spit entremêle plusieurs fils narratifs : celui d’un compte à rebours de onze minutes, au cours duquel on suit Léo qui traverse Bruxelles à vélo à toute vitesse pour empêcher une catastrophe. Et celui qui s’étale sur dix mois à partir de mai 2018, lorsque Simon commence à ne plus « être là », jusqu’à la potentielle catastrophe en question. S’y ajoutent quelques flash-back sur leur enfance et leur rencontre.
Comme dans « Débâcle », l’écriture de Lize Spit est très visuelle et cinématographique, méticuleuse et sensorielle, parsemée de métaphores d’autant plus marquantes qu’elles sont décalées ou inattendues. Il y a de l’humour (parfois noir), de l’empathie, un sens aigu de l’observation. C’est parfois cru et totalement impudique, mais jamais vulgaire ou voyeur. Cela pose la question de la folie qui transforme le malade, mais aussi tous ceux qui l’entourent et qui tentent de s’adapter à lui. L’amour peut-il résister quand l’un est « absent » ? Notre identité se réduit-elle à notre cerveau ? Est-on encore soi-même quand on sombre dans la folie ? Est-ce réversible ? Peut-on encore être aimé de la même façon par les mêmes personnes ?
Autant de questions (liste non exhaustive) posées par ce roman qui vous tient jusqu’à sa dernière ligne. C’est poignant, oppressant, totalement maîtrisé, impressionnant.

#LisezVousLeBelge

Présentation par l’éditeur:

« Nous étions deux piliers de guingois qui, dès lors qu’on les appuierait l’un contre l’autre, auraient plus de stabilité qu’un seul pilier à la verticale. Tout irait bien tant que nous resterions ensemble. »
Leo vit avec son petit ami Simon depuis dix ans. Lié par une enfance troublée, le couple vit parfaitement heureux. Jusqu’à ce que tout change : Simon rentre chez eux au milieu de la nuit et Leo ne le reconnaît plus, ni dans ses gestes, ni dans ses mots. Lentement, l’existence méticuleusement construite de Leo s’effondre, jusqu’à mettre sa vie en danger…
Après le très remarqué Débâcle, Lize Spit revient avec une troublante histoire de dévotion et de trahison en forme de thriller haletant.

Une citation:

– Il ne faut pas grand-chose pour vous plonger dans la solitude, juste quelqu’un qui sous-estime la gravité de votre situation.

Evaluation :

Voir aussi

Disparition inquiétante d’une femme de 56 ans

Auteure: Anne Plantagenet Editeur: Seuil – 5 avril 2024 (160 pages) Lu en avril 2024 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.