lundi , 29 novembre 2021

Captives

Auteur: Dunya Mikhail

Editeur: Grasset – 6 octobre 2021 (272 pages)

Lu en octobre 2021

Mon avis: Les Yézidis sont une minorité ethnique et religieuse, vivant principalement dans le Kurdistan irakien, dans le nord du pays, non loin des frontières turque et syrienne.

En août 2014, ils ont été victimes des attaques de Daech, dont l’objectif était d’éradiquer tout qui n’était pas un bon musulman. Des milliers de Yézidis ont réussi à échapper aux griffes des djihadistes en se réfugiant dans la zone montagneuse du Sinjar. Mais pour de nombreux autres, ces événements épouvantables n’ont été que massacres des hommes, enlèvements des femmes et des jeunes filles pour en faire des esclaves, et des garçons pour en faire des soldats d’Allah.

Ce livre raconte leurs histoires, en particulier celles des femmes enlevées par Daech et qui ont réussi à s’échapper grâce à des passeurs, notamment Abdallah Schrem, ancien apiculteur de la région du Sinjar, celui dont parle le sous-titre du livre.

L’auteure, Dunya Mikhail, elle-même Irakienne exilée aux USA depuis 1996, a retranscrit ces récits qui lui ont été rapportés par Abdallah. Toutes ces femmes racontent la même histoire effroyable : arrêtées avec leur famille, leurs voisins dans leur fuite vers la montagne, elles ont vu leurs hommes abattus sous leurs yeux et les femmes âgées enterrées vivantes dans des fosses communes. Elles se sont elles-mêmes retrouvées emmenées en Syrie, vendues comme du bétail aux djihadistes, dans le meilleur des cas (rares) pour servir de domestiques, dans le pire, d’esclaves sexuelles. Ces rescapées de l’enfer doivent leur salut à l’accès inespéré à un téléphone, à un appel en cachette à un proche qui met en branle un réseau de passeurs, parfois à une complicité inattendue, à leur propre courage, à leur persévérance et à leur solidarité les unes envers les autres.

Il ne fait aucun doute pour moi que ces histoires et le génocide des Yézidis doivent être racontés, documentés, encore et encore, dans l’espoir (vain?) que ces horreurs insoutenables ne se reproduisent plus. « Captives » a ce mérite de donner la parole aux femmes yézidies, et ce livre aurait pu être un incontournable du genre, mais il manque malheureusement d’une mise en contexte historico-politique, d’un minimum d’explications sur la culture et la religion yézidies et leurs liens avec le Mont Sinjar. Abdallah, le courageux et généreux chef du réseau de passeurs, aurait mérité un portrait bien plus conséquent, et j’aurais aimé savoir comment l’auteure était entrée en contact avec lui. Le récit, déjà fragmenté et décousu, est encore entrecoupé de considérations de l’auteure sur sa propre histoire et son exil, sans qu’on comprenne très bien en quoi cela entre en résonance avec la tragédie yézidie. Quant à ses poèmes qui parsèment le texte, je les ai trouvés assez plats et peu à propos (mais c’est peut-être lié à la traduction). Donc je ne comprends pas trop ce qu’a voulu faire l’auteure, journaliste et poétesse, avec ce livre. Si c’est une œuvre poétique, ça ne fonctionne pas (d’autant que j’ai eu la fâcheuse impression qu’elle se mettait en avant) ; si c’est un documentaire, c’est très incomplet. Dommage.

En partenariat avec les Editions Grasset via Netgalley.

#Captives #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Ces dernières années, les Yézidis ont été victimes d’un génocide, reconnu comme tel par les Nations unies, perpétré par l’Etat islamique – aujourd’hui encore, des milliers d’entre eux sont portés disparus. Captives raconte leur histoire.
Dunya Mikhail, Irakienne exilée aux États-Unis depuis 1996, décrit le sort des femmes Yézidies qui ont été capturées par les hommes de Daech, puis vendues sur des marchés comme esclaves sexuelles. Violées, mariées de force, obligées avec leurs plus jeunes enfants à confectionner des missiles (pendant que les garçons plus âgés sont entraînés pour devenir des combattants), séquestrées, revendues, violées à nouveau, parfois en groupe, certaines ont réussi à s’enfuir. Courage et détermination sont les valeurs cardinales de ces femmes. La solidarité dont elles ont fait preuve entre elles, mais aussi l’assistance de ceux qui mettent tout en œuvre, au péril de leur vie, afin de leur fournir les moyens de leur fuite, ont fini par former une magnifique chaine humaine, de la Syrie à l’Irak, en passant par la frontière turque, afin d’échapper à l’horreur, de sauver ses proches mais aussi des inconnues – et finalement peut-être, pour se sauver soi-même.
Dunya Mikhail restitue, à travers le témoignage direct de Yézidies, l’histoire poignante, parfois rocambolesque, de certaines d’entre elles. Mais Captives est aussi le récit d’une rencontre entre l’autrice et Abdallah Shrem, ce héros des temps modernes, ancien apiculteur qui, à l’arrivée de Daech dans sa région, le Sinjar dans le Kurdistan irakien, va tout abandonner pour créer un réseau de passeurs, bénévoles, anciens contrebandiers, afin d’arracher ces femmes, une à une, aux griffes de leurs bourreaux. Lorsque, à la fin du livre, Abdallah accueille Dunya au Sinjar, où elle visite le principal temple yézidi et va à la rencontre de ces gens dont elle a conté les histoires, d’un camp de réfugiés à un autre, leur amitié naissante ne met pas seulement au jour la force d’un seul homme face à la terreur, mais dessine aussi une région, le Kurdistan, et une communauté, celle des Yézidis, qui ont toutes deux failli être rayées de la carte.
La poétesse Dunya Mikhail, avec beaucoup d’humanité et une grande délicatesse, porte le témoignage de ces femmes, de leurs enfants, de leurs frères et cousins, afin de redonner des noms, des visages et une voix aux victimes et aux survivants de l’un des épisodes les plus barbares, de ce début du XXIe siècle. 

Evaluation :

Voir aussi

Les mots pour le dire – De la haine et de l’insulte en démocratie

Auteur: Fabrice Humbert Editeur: Tracts Gallimard – 18 février 2021 (48 pages) Lu en juillet …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :