dimanche , 22 octobre 2017
Accueil / Etoiles / 4 étoiles / Le fabuleux et triste destin d’Ivan et d’Ivana

Le fabuleux et triste destin d’Ivan et d’Ivana

Auteur: Maryse Condé

Editeur: JC Lattès – 2017 (250 pages)

Lu en juin 2017

Mon avis: Il était une fois Ivan et Ivana, frère et soeur jumeaux, nés il y a un quart de siècle à Dos d’Ane, Guadeloupe. Vrais jumeaux, ils étaient inséparables. A cinq ans, on les surnommait « les petits amoureux ». Un amour trop grand pour eux, trop lourd, qui plombera leurs destins. Car si leurs vies étaient indissociables, Ivan et Ivana n’en devinrent pas moins les faces opposées de la même médaille. Ivana s’engagea volontairement dans une belle avenue, ligne bien droite et claire, élève modèle qui rêvait de faire un métier au service des gens. Ivan, quant à lui, se laissa dériver sur les chemins tortueux et brouillons de la délinquance et des mauvaises influences, sans avoir la moindre idée de ce qu’il voulait faire de sa vie. Une formation en chocolaterie, peut-être ? Pour pouvoir rester auprès d’Ivana, qui avait décroché une bourse pour entrer à l’école de police à Paris. Mais c’est à ce moment-là que le père des jumeaux, musicien malien exilé au Canada, se rappela à leur plus ou moins bon souvenir. Il avait décidé de rentrer au pays, et voulait réunir ses enfants autour de lui. de Pointe-à-Pitre, Ivan et Ivana débarquèrent donc à Kidal, dans une ambiance surréaliste de menaces d’attentat terroriste et d’escarmouches entre milices et djihadistes. Lumière et ombre, Ivana et Ivan reproduisirent le même schéma qu’à Dos d’Ane, elle travaillant de son plein gré dans un orphelinat, lui engagé de force dans la milice. On monta d’un cran dans la tension entre frère et soeur, l’une comprenant que l’autre glissait décidément sur la mauvaise pente, et de plusieurs crans dans la catégorie des actes répréhensibles et de la radicalisation. Contraints de fuir le Mali, Ivan et Ivana arrivèrent alors à Paris, où elle entama ses études de future policière et s’épanouit comme une fleur au soleil, et où il traficota, glanda, déprima, et sombra dans les ténèbres.
L’amour, la haine, le Bien et le Mal, la lumière et la noirceur, Ivan joua avec la vie et la mort, et tout le monde perdit à la fin.
Cette fable tragique est un voyage initiatique de la Guadeloupe à la métropole en passant par les racines africaines des personnages, avec ce que cela suppose de réflexions sur l’esclavage, la colonisation et le racisme. Tour à tour triste, rocambolesque et même drôle, ce roman contemporain, brûlant d’actualité est le conte sans fées du gâchis et de l’innocence perdue.

En partenariat avec les éditions JC Lattès, via le réseau NetGalley.

Présentation par l’éditeur:

« Une date s’impose. Quand ils eurent cinq ans, Simone leur donna un grand bain, les revêtit de leurs meilleurs habits, deux justaucorps de toile écrue, brodés au point de croix et les emmena se faire photographier au studio Catani. (…) Le portrait d’Ivan et Ivana figure à la page quinze du premier volume sous la rubrique : Les Petits Amoureux. On y voit deux enfants se tenant par la main et souriant à l’objectif. »
Ivan et Ivana naissent à Dos d’Ane, une bourgade de la Côte sous le vent en Guadeloupe. Autour d’eux ne se pressent que des femmes : leur mère Simone, leur grand-mère Maeva, des belles-tantes, des belles-cousines et autour le souvenir de leur père musicien qui les a quittés.
Mais Ivan aime trop sa sœur et un jour un acte de violence enclenche la marche du destin. La famille quitte les îles pour le Mali. La colère et la dérive d’Ivan vont s’amplifier, la douceur d’Ivana se transformer en poison.
Jusqu’au jour du grand affrontement où ils comprendront qu’ils ne sont pas seulement frère et sœur et jumeaux : ils sont les héritiers d’une longue histoire, ils sont le bien et le mal et ils sont capables du plus grand amour comme de la haine la plus farouche.
Maryse Condé nous raconte ces deux vies qui n’en sont qu’une : le destin d’Ivan et d’Ivana de Pointe à Pitre à Ségou au Mali, de Ségou à Paris.

Une citation:

Celui qui quitte un pays définitivement ou pour une longue durée change entièrement de personnalité. Une voix, qu’il n’avait jamais entendue auparavant, sourd des arbres, des prairies, des rivages et murmure des paroles très douces à son oreille. Les paysages s’investissent d’une harmonie inconnue. Ivan et Ivana n’échappèrent pas à cette règle. Dès que la date de leur départ fut certaine ils se mirent à chérir la Guadeloupe comme une parente que l’on va perdre.

 

 

Evaluation :

Voir aussi

Réveiller les lions

Auteur: Ayelet Gundar-Goshen Editeur: Presses de la Cité – 2017 (416 pages) Lu en septembre 2017 …

Un commentaire

  1. Un sujet très intéressant et un destin pas si fabuleux qu’il y paraît !