dimanche , 22 octobre 2017
Accueil / Etoiles / 4 étoiles / Les maraudeurs

Les maraudeurs

Auteur: Tom Cooper

Editeur: Albin Michel – 2016 (416 pages)

Lu en avril 2016

les maraudeursMon avis: Décidément, il ne fait pas bon vivre à Jeanette, Louisiane, à quelques encâblures de la Nouvelle-Orléans. En tout cas, plus depuis que l’ouragan Katrina a dévasté la région en 2005, et encore moins depuis la marée noire causée par l’explosion d’une plateforme pétrolière dans le Golfe du Mexique en 2010, qui prive de travail, et donc de ressources, les pêcheurs de crevettes du coin.

Et encore, s’il n’y avait que le bayou, qui, avec sa chaleur de sauna permanente, humide et étouffante, et sa faune (de plus en plus mazoutée) d’alligators, de serpents et d’araignées venimeux et autres bestioles grouillant dans la terre et dans l’eau, n’est pas exactement le biotope le plus accueillant de la planète. Mais non, dans ces marais oubliés des dieux, il faut encore faire avec, ou plutôt sans, la police corrompue et/ou en état d’ivresse et/ou sous l’emprise de substances illicites. Ce qui a – quand même – un avantage, celui de laisser les coudées franches aux frères Toup, jumeaux sociopathes qui cultivent (presque) tranquillement leur plantation de cannabis sur un îlot perdu dans le bayou, et qui gardent jalousement (pire que des tigresses veillant sur leurs petits) leur monopole incontesté (faute de contestataires suffisamment courageux) sur le trafic de la meilleure marijuana de la région. Les frangins sont aussi, grâce au commerce susmentionné, pratiquement les seuls habitants de la ville à vivre confortablement de leur « travail ». Les autres, pêcheurs de crevettes ou repris de justice, tirent le diable par la queue en tentant (et c’est pas gagné) de rester dignes. Ainsi, Gus Lindquist, pêcheur manchot, un peu givré, qui carbure à l’alcool et aux antalgiques, rêve de découvrir, grâce à son détecteur de métaux, le trésor du pirate français Jean Lafitte. Il y a aussi Wes Trench, 17 ans, qui, depuis la mort de sa mère, a bien du mal à communiquer avec son père, accablé de douleur et de remords, mais qui n’en rêve pas moins de devenir pêcheur, comme lui, et de construire son propre bateau. Les rêves de Hanson et Cosgrove, compères en petite délinquance, sont peut-être moins nobles, mais tout aussi ambitieux, et d’une naïveté malvenue dans ce milieu hostile : devenir riches. Et enfin, il y a Brady Grimes, qui ne rêve à rien sauf à rentrer au plus vite dans sa bonne ville du Nord, moderne et climatisée. Envoyé à Jeanette par la compagnie pétrolière responsable de la marée noire, il est chargé de faire signer un maximum de transactions aux victimes de la pollution : quelques espèces sonnantes et trébuchantes contre la renonciation à toute poursuite judiciaire.

Pas grand monde à sauver, dans ce bayou qui essaie lui-même de ne pas disparaître. Les gens, comme leurs rêves, ont la peau dure, mais certains devront les abandonner (tant les rêves que leur peau, d’ailleurs).

Remarquable premier roman, écrit en courts chapitres centrés à tour de rôle sur un ou deux personnages, « les maraudeurs » fait s’entrecroiser toutes ces vies moralement ou physiquement déglinguées. Bourré d’humour noir et de cynisme, mais rempli aussi d’humanité et d’une tendresse certaine pour quelques-uns des personnages, le roman est porté par une belle écriture fluide et une construction maîtrisée. Qui ne donne pas forcément envie d’aller se balader dans le bayou, mais qui fait déjà piaffer d’impatience en attendant le prochain livre de Tom Cooper.

Merci à Babelio et aux éditions Albin Michel pour cette épatante découverte.

Présentation par l’éditeur:

Petite ville de Louisiane dévastée par l’ouragan Katrina, Jeanette survit tant bien que mal grâce à la pêche à la crevette. Mais cinq ans plus tard, la marée noire provoquée par la rupture d’une plateforme pétrolière vient polluer ses côtes, livrant les habitants au désespoir.

On y croise quelques personnages hauts en couleur ou parfois franchement inquiétants : Gus Lindquist, un pêcheur manchot esquinté par la vie, accro à l’alcool et aux antidouleurs, qui a gardé au coin de sa tête son rêve de gosse : retrouver le trésor du célèbre flibustier Jean Lafitte; Hanson et Cosgrove, deux losers magnifiques, et Wes Trench, un adolescent en rupture avec son père; les frères Toup, jumeaux psychopathes, qui accessoirement cultivent la meilleure marijuana du coin; ou encore Brady Grimes, mandaté pour inciter les familles sinistrées à renoncer aux poursuites judiciaires en échange d’un chèque…

Mariant avec une virtuosité réjouissante noirceur, cynisme et humour corrosif, Tom Cooper réussit à rendre palpables la torpeur du bayou et le désarroi d’une communauté qui lutte tant bien que mal contre sa propre disparition.

Quelques citations:

« Hanson sursauta et trébucha sur une racine de cyprès. Il tomba en avant, se retrouva les quatre fers en l’air dans la boue comme un cochon dans la porcherie, et essaya de se relever en pestant.
Cosgrove enjamba péniblement la racine et tendit sa lanterne au-dessus de Hanson.
Ce dernier leva la tête, le blanc des yeux brillant au milieu de son visage maculé de boue. On aurait dit qu’il venait d’être expulsé par le rectum d’un éléphant. »

« Ils se remirent au travail. Au bout d’un moment, Hanson retourna la question à Cosgrove et lui demanda comment il avait atterri là.
« Ivresse sur la voie publique », dit Cosgrove.
Hanson secoua la tête et renifla, l’air incrédule. « A la Nouvelle-Orléans ? dit-il. C’est comme si les flics allaient au cimetière coffrer les gens parce qu’ils son morts. »

Evaluation :

Voir aussi

Réveiller les lions

Auteur: Ayelet Gundar-Goshen Editeur: Presses de la Cité – 2017 (416 pages) Lu en septembre 2017 …

3 commentaires

  1. Un bel article ! Et chapeau à l’auteur, c’est qu’il en faut de l’humour pour dénoncer autant de misère, de renoncement, de malveillance… Un roman qui fait froid dans le dos !

  2. J’ai adoré, vraiment !