mercredi , 8 avril 2020

L’involontaire

Auteur: Blandine de Caunes

Editeur: Libretto – 3 janvier 2020 (153 pages)

Lu en février 2020

Mon avis: Paru pour la première fois en 1976, réédité en 2015, voici que ce court roman est publié une nouvelle fois pour cette rentrée d’hiver. 40 ans et quelque, donc, pour une histoire qui a un côté éternel.
Dans les années 70, Jane a 20 ans. Elle vit à Paris, sans trop se préoccuper d’argent (son père lui verse une petite rente chaque mois), et travaille parfois, quand elle veut se payer un extra, un bon gueuleton ou une jolie robe. Oisive, elle passe souvent la journée à traîner au lit, à ne rien faire. Mais ces derniers temps, elle pense beaucoup à Gilles, son amoureux. Lutteur professionnel, il est souvent absent, tournoyant aux quatre coins du monde. Mais quand il est de passage, il appelle Jane, et Jane accourt, éperdue d’amour. La voix de sa raison lui hurle pourtant qu’elle perd son temps avec cet homme, qui ne lui sacrifiera jamais sa carrière. Jane le sait bien, mais le cœur a ses raisons… Liline, l’ancienne nounou de Jane, arrive à la rescousse et lui propose de rencontrer Jacques Bertin, 78 ans, très riche, et qui apprécie beaucoup la compagnie des jeunes femmes, celle de Jane en particulier, qu’il emmène bientôt en voyage.
Une histoire avec un côté éternel, disais-je, parce qu’elle est celle de l’apprentissage, souvent douloureux, de l’amour et de la vie. Encore un peu enfant (une enfant sensuelle et lucide, certes), Jane veut tout, l’amour, la jeunesse, l’exultation du corps, les plaisirs de la vie, mais pas ses contraintes. Alors, en attendant Gilles, elle se repaît de l’argent de Bertin même si le corps de celui-ci, en décrépitude, la dégoûte.
Amoral et plein de contradictions, le personnage de Jane oscille entre déprime et exaltation, égoïsme et dépendance affective, cruauté et fragilité. Une complexité qui ne me l’a pas rendue très sympathique. Mais l’écriture est belle, très classique tout en vous surprenant soudain par sa crudité. Jeunesse, vieillesse, candeur, clairvoyance, quand passe-t-on de l’une à l’autre ?

En partenariat avec les Editions Libretto via Netgalley.
#LInvolontaire #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Jane, du haut de ses vingt ans, observe le monde avec une lucidité à la fois légère et grave. Éprise d’un champion du monde de lutte dont les performances amoureuses sont inversement proportionnelles à ses performances sportives, elle ne le voit qu’entre deux compétitions. Pour combler ses absences et cette solitude, elle accepte les avances d’un vieux monsieur très riche. Car Jane veut tout, comme on veut tout à vingt ans et, à défaut de s’aimer elle-même, elle aime son corps, sa jeunesse dont elle ne veut rien perdre – obsédée déjà par la fuite du temps.

 

Evaluation :

Voir aussi

Maison des autres

Auteur: Silvio D’Arzo Editeur: Verdier Poche – 2015 (96 pages) Lu en mars 2020 Mon …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :