samedi , 20 avril 2024

Mercure

Auteure: Amélie Nothomb

Editeur: Albin Michel – 1998 (225 pages)/Le Livre de Poche – 2000 (190 pages)

Lu en juillet 2023

Mon avis: En 1923, sur la petite île de Mortes-Frontières, Hazel, 22 ans, vit avec son tuteur, vieil homme de 76 ans, qui l’a recueillie 5 ans plus tôt, après un bombardement qui a laissé la jeune fille horriblement défigurée, et orpheline. A l’écart du monde, le vieillard a banni de l’île le moindre objet qui pourrait renvoyer à Hazel son épouvantable reflet.
Ainsi isolée, la jeune fille est protégée de la cruauté des hommes, mais n’en dépérit pas moins dans sa solitude.
Alors le vieux engage Françoise, infirmière revêche, pour la soigner. Celle-ci ne tardera pas à percevoir l’ambiguïté de la relation qui unit ce vieillard éperdu d’amour et Hazel qui, à contre-cœur, en subit les assauts charnels.

Dans ce huis-clos îlien, Amélie Nothomb décortique les passions humaines à travers les joutes verbales incisives et sarcastiques auxquelles elle livre ses personnages. Amour vs haine, égoïsme vs générosité, passion vs perversité, où s’arrête l’un et où commence l’autre, qui plus est quand les rapports sont déséquilibrés ?
Utilisant une nouvelle fois le thème de la beauté et de la laideur, l’auteure nous embarque dans un conte un peu malsain et morbide, pour lequel elle a écrit deux fins. Et, incapable de se décider, elle propose les deux au lecteur, l’une un peu plus morale et moins perfide que l’autre, mais du coup moins savoureuse.
« Mercure » fournit une nouvelle preuve du talent de dialoguiste d’Amélie Nothomb, ainsi qu’une réflexion (même sans miroir) intelligente et jubilatoire. Jusqu’ici, c’est mon Nothomb préféré.

#LisezVousLeBelge

Présentation par l’éditeur:

Sur une île au large de Cherbourg, un vieil homme et une jeune fille vivent isolés, entourés de serviteurs et de gardes du corps, à l’abri de tout reflet ; en aucun cas Hazel ne doit voir son propre visage.
Engagée pour soigner la jeune fille, Françoise, une infirmière, va découvrir pourquoi Hazel se résigne aux caresses du vieillard. Elle comprendra au prix de quelle implacable machination ce dernier assouvit un amour fou, paroxystique…
Au cœur de ce huis clos inquiétant, Amélie Nothomb retrouve ses thèmes de prédilection : l’amour absolu et ses illusions, la passion indissociable de la perversité.

Une citation:

– Y aurait-il un si profond désir en moi, si c’était pour qu’il n’aboutisse à rien?

Evaluation :

Voir aussi

La casse

Auteure: Eugenia Almeida Editeur: Métailié – 5 avril 2024 (208 pages) Lu en mars 2024 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.