mercredi , 22 août 2018
Accueil / Etoiles / 3 étoiles / 492 – Confessions d’un tueur à gages

492 – Confessions d’un tueur à gages

Auteur: Klester Cavalcanti

Éditeur: Métailié – Rentrée littéraire hiver 2018 (224 pages)

Lu en janvier 2018

Mon avis: Júlio Santana n’a jamais réellement voulu devenir tueur à gages professionnel. Et pourtant il a accompli à ce titre 492 “prestations”. Paradoxe d’un homme “apparemment ordinaire, calme, enjoué, casanier, affectueux avec les siens et très religieux“, qui aurait préféré passer sa vie à pêcher tranquillement dans son village perdu au fond de la jungle brésilienne avec femme et enfants, et qui, malgré lui, s’est retrouvé à l’âge de 17 ans, initié secrètement au métier de pistolero par son oncle. Coincé entre sa foi religieuse (“Tu ne tueras point”) et un certain appât du gain (avoir une maison avec électricité et eau courante, un frigo rempli de Coca-Cola, une voiture ou une moto,…), le cas de conscience de Júlio est résolu par son oncle, qui l’assure qu’il lavera ses péchés dans l’eau bénite de quelques prières, puisque de toute façon “Dieu pardonne tout”. C’est ainsi que pendant 35 ans, Júlio honorera près de 500 contrats à travers le Brésil, en dépit des protestations, menaces ou suppliques de sa femme, au courant du métier de son mari. Mais il a continué, simplement parce qu’il “ne sait rien faire d’autre” que d’assassiner des inconnus sur commande.

Qu’on se rassure, ce document (puisqu’il s’agit bel et bien d’une histoire vraie) n’est pas un catalogue des 492 exécutions commises par Júlio Santana. Cette biographie, écrite par un grand reporter brésilien avec l’accord du principal intéressé, insiste plutôt sur le passage de Júlio à l’âge adulte (premier amour, départ à la ville loin des siens), sur son entrée dans la « carrière » de tueur, sur quelques-uns des assassinats qui l’ont marqué, et sur le cheminement qui le conduit à se retirer des affaires.

Malgré un style sans grand relief, un peu trop didactique, et un peu mièvre quand les relations sentimentales de Julio sont abordées, ce livre vaut néanmoins le détour : bien loin des plages et du carnaval, il nous fait découvrir un Brésil profond, oublié des autorités, fait de violence et d’impunité, dans lequel être pistolero est presque un métier ordinaire.

A noter également, la longue évocation (parfois à la limite de la digression superflue) de l’épisode, peu connu chez nous, de la répression de la guérilla de l’Araguaia par la dictature militaire dans les années 70 (voir sur le sujet, le roman “Les ombres de l’Araguaia”, de Guiomar de Grammont, chez Métailié également).

En partenariat avec les Editions Métailié.

Présentation par l’éditeur:

Júlio Santana, bon chasseur et bon tireur dans son Amazonie natale, a appris la profession de tueur à gages à 17 ans avec son oncle qui lui assure que, s’il récite dix Ave Maria et vingt Pater Noster après chaque meurtre, il n’ira pas en enfer. Il note soigneusement sur un cahier d’écolier le nom des victimes, le nom des commanditaires, la date et le lieu du crime, ce qui lui a permis de compter 492 personnes au long de 35 années de carrière.
Júlio raconte ses drames, ses rêves, ses faiblesses. C’est un homme sensible, un bon fils, un mari aimant et un père affectueux. Il a pour commanditaires l’armée, des maris jaloux ou des pères vengeurs, des grands propriétaires terriens qui éliminent des syndicalistes ou des “sans terre”.

Pour la première fois, un reportage raconte, avec un grand talent littéraire, la vie surprenante d’un homme que tout destinait à être un pêcheur comme son père et son grand-père, mais qui est devenu le plus grand tueur professionnel connu au monde.

Evaluation :

Voir aussi

Un mariage anglais

Auteur: Claire Fuller Editeur: Stock – 2018 (355 pages) Lu en mai 2018 Mon avis: …

%d blogueurs aiment cette page :