vendredi , 14 juin 2024

99 francs

Auteur: Frédéric Beigbeder

Editeur: Grasset – 2000 (281 pages)/Le Livre de Poche – 2015 (288 pages)

Lu en avril 2023

Mon avis: Octave est un petit génie créatif qui bosse dans le secteur publicitaire. Le moindre des slogans qu’il invente lui rapporte une fortune, qui lui permet de se vautrer dans un monde de luxe et de luxure avec alcool, coke et sexe tarifé en veux-tu en voilà. Octave a tout, sauf ce qui ne s’achète pas, et notamment : un sens à sa vie.
A 33 ans, c’en est trop, il décide de se prendre en main et de quitter le milieu creux, vain et bling-bling de la pub, qu’il exècre et vomit depuis trop longtemps. Mais Octave ne veut pas démissionner, il veut se faire virer (parachute doré inclus). Et pour cela, il n’a rien trouvé de mieux que d’écrire un livre dans lequel il flingue le secteur publicitaire, ses acteurs, son hypocrisie et ses millions jetés par les fenêtres.
99 francs est donc un roman plus ou moins autobiographique dans lequel l’auteur tire un portrait au vitriol de la société d’hyper-consommation et de l’interdépendance entre ceux qui la créent et ceux qui la subissent à leur insu (ou pas).
La critique n’est pas neuve, mais cependant intéressante dès lors qu’elle vient de quelqu’un qui connaît de l’intérieur ce milieu peu ragoûtant. Mais après quelques chapitres percutants dans lesquels le sens de la formule de l’auteur fait mouche, on finit par tourner en rond, dans une surenchère de cynisme, d’excès en tous genres, de vulgarité, d’obscénité et de name-dropping. Et puis, quel est le but de l’auteur ? Se racheter une conscience en crachant généreusement dans la soupe ? Sa démarche est-elle sincère et honnête, ou n’est-elle, comme toute pub, que poudre aux yeux et écran de fumée ?

Présentation par l’éditeur:

« En ce temps-là, on mettait des photographies géantes de produits sur les murs, les arrêts d’autobus, les maisons, le sol, les taxis, les camions, la façade des immeubles en cours de ravalement, les meubles, les ascenseurs, les distributeurs de billets, dans toutes les rues et même à la campagne. La vie était envahie par des soutiens-gorge, des surgelés, des shampoings antipelliculaires et des rasoirs triple-lame. L’œil humain n’avait jamais été autant sollicité de toute son histoire : on avait calculé qu’entre sa naissance et l’âge de 18 ans, toute personne était exposée en moyenne à 350 000 publicités. Même à l’orée des forêts, au bout des petits villages, en bas des vallées isolées et au sommet des montagnes blanches, sur les cabines de téléphérique, on devait affronter des logos « Castorama », « Bricodécor », « Champion Midas » et « La Halle aux Vêtements ». Il avait fallu deux mille ans pour en arriver là. »

Evaluation :

Voir aussi

En bas dans la vallée

Auteur: Paolo Cognetti Editeur: Stock – 2 mai 2024 (256 pages) Lu en mai 2024 …