lundi , 29 novembre 2021

Bestiaire

Auteur: Luis Sepúlveda

Editeur: Métailié – 21 octobre 2021 (512 pages)

Mon avis: C’est Noël avant l’heure, voilà qu’aujoud’hui les éditions Métailié rendent hommage à Luis Sepúlveda, décédé en 2020, et publient en un seul volume « cinq contes pour petits et grands ». Sous le titre « Bestiaire » sont regroupées les cinq fables animalières écrites par le regretté auteur chilien. On y retrouve les histoires de la mouette et du chat qui lui apprit à voler, du chat et de la souris qui devinrent amis, d’un escargot qui découvrit l’importance de la lenteur, d’un chien mapuche et d’une baleine blanche.

Pour que vous puissiez vous familiariser avec cette faune poétique, je me permets de vous renvoyer vers mes critiques de ces romans, postées sous leurs titres respectifs.

Mais tout de même, voici un petit aperçu de ce que réserve ce recueil : deux de ces romans n’ont que des animaux pour personnages (la mouette et l’escargot), les humains n’y apparaissant que de loin mais dans le rôle peu reluisant de destructeurs de la Nature. Dans celle du chat et de la souris, les animaux ont le rôle principal, mais on y ajoute cette fois un humain gentil. D’ailleurs, il ne faudrait pas croire que Sepúlveda condamne l’espèce humaine en général. Dans les histoires de la baleine et du chien mapuche, il célèbre l’harmonie existant entre la Nature et les Gens de la Terre ou de la Mer, c’est-à-dire les peuples autochtones ancestraux du Chili, et condamne sans appel les étrangers cupides, qui spolient les terres de ces derniers et pillent les ressources naturelles au nom du Dieu Profit.

Agrémentés des jolis dessins de Joëlle Jolivet, ces cinq contes sont des perles d’émotions, de sagesse et de poésie. Parfois amusants ou mélancoliques, tendres ou désespérants, ils parlent d’amitié, de loyauté, de respect de la Nature, de solidarité et de persévérance, autant de valeurs que l’être humain serait bien inspiré de cultiver…

En partenariat avec les Editions Métailié.

Présentation par l’éditeur:

Un chat grand noir et gros élève une jeune mouette avec l’aide des chats du port de Hambourg ; une souris gourmande, volubile et trouillarde aide un vieux chat ; un escargot nommé Rebelle entreprend un grand voyage loin du Pays de la Dent-de-Lion ; un chien appelé Loyal apprend des Indiens Mapuches le respect de la nature ; la baleine blanche, mythique protectrice des eaux de l’île sacrée des Gens de la Mer, nous parle et sa voix nous arrive du fond des temps comme le langage de la mer.

Un grand écrivain généreux nous raconte des aventures pleines d’émotion et de sagesse qui célèbrent les sujets essentiels dans toute vie : l’amitié, le rêve, l’humour, la tendresse, la loyauté, la solidarité, le respect de la nature, les liens entre l’homme et l’animal.

Evaluation :

Voir aussi

Ce n’était que la peste

Auteur: Ludmila Oulitskaïa Editeur: Gallimard – 2021 (144 pages) Lu en novembre 2021 Mon avis: …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :