lundi , 29 novembre 2021

Histoire d’un escargot qui découvrit l’importance de la lenteur

Auteur: Luis Sepúlveda

Editeur: Métailié (Suites) – 2017 (96 pages)

Lu en septembre 2021

Mon avis: Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les escargots sont si lents ?

L’un des petits-fils de Luis Sepúlveda lui a un jour posé la question, et voici la réaction de l’auteur : « Je lui ai répondu que je n’avais pas de réponse pour le moment, et je lui ai promis de lui répondre, je ne savais pas quand, mais je lui répondrais. Comme je tiens toujours parole, cette histoire essaye de répondre à cette question« .

Et donc, il était une fois un jeune escargot qui vivait avec ses congénères – qui s’appelaient tous « escargot » –, paisiblement, lentement, dans une grande prairie, le Pays de la Dent-de-Lion. Le jeune escargot se posait cependant beaucoup de questions : pourquoi cette lenteur, et pourquoi les escargots n’avaient-ils pas de nom ? Mais il était bien le seul de son espèce à s’intéresser à tout cela, au point d’agacer les plus vieux escargots qu’il interrogeait sans cesse, et qui finirent par menacer d’expulser cet empêcheur de vivre lentement, paisiblement.

Blessé par cette intolérance, le jeune escargot décida de partir, et de ne revenir que lorsqu’il aurait un nom et la réponse à ses questions.

Lentement, très lentement, il se dirigea vers les confins du Pays. Il rencontra une tortue, qui lui montra comment les humains détruisaient la prairie en y construisant une route et des maisons. Et là, il commença à comprendre : « ma lenteur m’a servi à te rencontrer, pour que tu me montres le danger« . Sentant la menace peser sur les siens, l’escargot décida de rentrer, le moins lentement possible, pour les avertir. Au cours de son lent, très lent trajet, il croisa une colonne de fourmis, puis une taupe, qui le remercièrent : « Nous remercions ta lenteur, escargot, car si tu étais rapide comme le lapin, ou si tu glissais avec la vivacité de la couleuvre, tu ne nous aurais pas vues et prévenues« .

De retour au bercail, et désormais nommé « Rebelle », il convainquit les autres escargots de quitter le Pays. Le voyage allait s’avérer long, lent, très lent, et plein de dangers…

Avec ce joli conte philosophique, Luis Sepúlveda nous livre à sa façon un petit éloge de la lenteur, dans lequel on retrouve certains de ses thèmes récurrents : la douleur de l’exil, la destruction de la Nature par les humains, la solidarité au-delà des différences. A travers cet escargot, rebelle à l’immuable ordre établi et qui a le courage de ses opinions ou de son questionnement, il parle aussi de la résistance au changement, du déni malgré l’évidence du danger, de la peur de l’inconnu. Une belle invitation à ne pas se reposer sur ses acquis, à cultiver sa curiosité et à ne jamais se résigner face à l’adversité.

Présentation par l’éditeur:

Les escargots qui habitent le Pays de la Dent-de-Lion mènent une vie paisible, lente et silencieuse ; ils sont à l’abri des autres animaux et, entre eux, s’appellent simplement « escargots ». L’un d’eux pourtant trouve injuste de n’avoir pas de nom et voudrait connaître les raisons de la lenteur. Contre l’avis de tous, il entreprend un voyage qui lui fera rencontrer un hibou mélancolique, une tortue pleine de sagesse, des fourmis très organisées
Une belle histoire qui nous montre comment redécouvrir le sens perdu du temps.

Evaluation :

Voir aussi

Trois siècles d’amour

Auteur: Eva Kavian Editeur: Le Castor Astral – 2003 (135 pages) Lu en novembre 2021 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :