lundi , 11 décembre 2017
Accueil / Etoiles / 3 étoiles / Un Anglais sous les tropiques

Un Anglais sous les tropiques

Auteur: William Boyd

Editeur: Points – 1995 (416 pages)

Lu en avril 2017

Mon avis: Le soleil tape dur au Kinjanja, ancienne colonie imaginaire du défunt Empire britannique, et à Nkongsamba, ville de seconde zone, les fonctionnaires de l’ambassade de Sa très Gracieuse Majesté tuent le temps entre paperasses, parties de golf et échanges d’invitations entre expatriés.
Dans ce coin de cambrousse surchauffée, Morgan Leafy, gros, gras, buveur et fainéant, se la coule douce tout en s’ennuyant ferme. Mais d’importantes élections se profilent dans le pays, et il s’agit, pour la Grande-Bretagne, de miser sur le bon cheval, entendez celui qui, une fois au pouvoir, servira au mieux les intérêts (pétroliers) de l’ex-Mère Patrie. Voilà une mission taillée sur mesure pour Leafy, chargé de trouver cette perle rare parmi des dizaines de candidats plus ou moins improvisés et de toutes les tendances politiques. Morgan, qui n’en touche pas une quant aux affaires intérieures kinjanjaises, et dépassé par les multiples et complexes enjeux de ces élections, s’investit néanmoins avec zèle dans cette délicate mission, qui pourrait lui valoir une promotion et surtout un ticket de sortie pour d’autres postes plus prestigieux, enfin à la hauteur de son ambition et de ses compétences de diplomate aguerri (hem…). Confiant et imbu de sa nouvelle importance, le rusé finaud se lance en même temps un autre défi d’envergure : la conquête de la fille de son supérieur. Mais ce pauvre Morgan ‘Lagaffe’ Leafy est aussi ridicule et empoté dans ses rôles d’agent secret et de bourreau des coeurs que dans le costume de Père Noël qu’il se voit contraint d’enfiler pour la traditionnelle distribution de cadeaux aux enfants de la communauté expatriée.
Bref, Morgan accumule bourdes et catastrophes, rate absolument tout, ne comprend absolument rien, entre pleurnicheries sur son sort et tentatives héroïques mais vaines de remédier aux situations désastreuses qu’il déclenche. En un mot, il est pathétique, et il est difficile d’éprouver pour lui de la compassion ou de l’empathie. Les autres personnages sont à l’avenant, qu’ils soient européens ou africains, d’ailleurs, tous corrompus, stupides, lâches ou arrogants, rien de bon à sauver, à la notable exception du Dr Murray, le seul à se souvenir du sens du mot « intègre », ce qui lui sera, finalement et cyniquement, bien inutile.
Dans son premier roman, William Boyd n’a pas fait dans la dentelle. Dans un récit un peu embrouillé, il dézingue férocement la Grande-Bretagne post-coloniale, qu’il dépeint encore empreinte d’un paternalisme condescendant, et dénuée de toute subtilité. Sarcastique et cynique, c’est excessif mais jubilatoire.

Présentation par l’éditeur:

Dans les moiteurs africaines du Kinjanja, Morgan Leafy, modeste fonctionnaire au service de Sa Très Gracieuse Majesté, se voit confier une mission délicate. Convaincu que l’occasion lui est enfin donnée de satisfaire une juste ambition, il décide d’ouvrir sur la voie du succès un deuxième front en menant à vive allure une liaison avec la fille de son supérieur hiérarchique. Hélas, la situation très vite lui échappe, et Morgan Leafy déclenche une série de catastrophes absurdes, tragiques ou dérisoires dont il sortira épuisé, arroseur arrosé, manipulateur manipulé.

Evaluation :

Voir aussi

Le monde du bout du monde

Auteur: Luis Sepúlveda Editeur: Métailié – 2005 (140 pages) Lu en octobre 2017 Mon avis: Ca …

4 commentaires

  1. J’aime bien l’humour grinçant ! Alors c’est une bonne pioche !

  2. Je me le note, ça a l’air sympa.