vendredi , 22 novembre 2019
Accueil / Etoiles / 1 étoile / Birmane

Birmane

Auteur: Christophe Ono-dit-Biot

Editeur: Pocket – 2008 (407 pages)

Prix Interallié 2007

Lu en novembre 2012

birmane 1Mon avis: J’avais emporté ce livre dans ma valise, au cours d’un voyage en Birmanie il y a trois ans. Quelle déception que ce roman ! Enfin, si on peut qualifier de « roman » ces 400 pages de phrases-clichés, d’invraisemblances et de pleurnicheries du narrateur sur son triste sort. En effet, celui-ci, prénommé César (j’ai supposé que c’était une allusion à Jules César, illustre personnage ayant marqué l’Histoire, mais la référence manque son but, parce que le César dont il est question ici correspondrait plutôt à l’effigie d’une marque de nourriture pour chiens, style gentil toutou à sa maîtresse), est correcteur pour un magazine féminin. Il trouve ça minable, et à force de corriger les articles du grand reporter maison, se prend à rêver de décrocher le scoop du siècle en allant interviewer l’un des personnages les plus inaccessibles de Birmanie (excusez du peu). Engourdi par le confort monotone de la vie du parisien-lambda, le voilà pourtant qui se secoue et décide de « prendre sa vie en mains » lorsque sa copine le plaque au cours d’un voyage au Laos. Ni une ni deux, notre héros en mal d’exotisme prend un billet pour Rangoon, envoyant au passage promener employeur et « vie occidentale si superficielle » pour chercher l’aventure et « l’authenticité de la vraie vie », retour « aux vraies valeurs » en prime (ramassis de clichés, je vous l’avais dit).
Les péripéties de ce roman sont toutes plus invraisemblables les unes que les autres, on n’y croit jamais, et on est en pleine caricature avec la « beauté des birmanes », la « nature envoûtante », le « pouvoir corrompu » (bon, ça c’est vrai), la « lumineuse médecin humanitaire adorée par ses malheureux patients », l’expatrié « qui se trouve si bien dans ce pays qu’il ne lui serait plus possible de se réadapter à la France », et j’en passe.
Les personnages ne sont pas attachants, et le narrateur est franchement pathétique.
Et en plus c’est mal écrit. Je me demande pourquoi ce bouquin a obtenu un prix littéraire.
Un point positif tout de même : la bonne description du contexte politique de l’époque, et la recherche bien documentée sur les ethnies dont il est question dans l’histoire.
Mais à part ça, je vous conseillerais, plutôt que de lire ce livre, de boucler votre sac à dos et d’aller découvrir la Birmanie par vous-même…

Présentation par l’éditeur:

Partir ! «Aujourd’hui, le paradis est à portée de carte bleue.»
En délicatesse avec sa fiancée, son travail, et une vie sans surprise, César décide de gagner l’Asie de tous ses fantasmes avec une idée folle : rapporter de Birmanie, ce pays coupé du monde, l’histoire qui changera sa vie. De Rangoon la tropicale aux mirages de la Vallée des rubis, il plonge dans une réalité où la violence de la dictature cohabite avec la beauté la plus ensorcelante. Guidé par une jeune femme médecin, il s’enfonce dans le pays. Au coeur des ténèbres, le voyage du jeune Français va se transformer en formidable aventure. Vers une légendaire Femme-Tigre, réfugiée avec son peuple au coeur de la jungle du Triangle d’Or.

 

Evaluation :

Voir aussi

Nécropolis 1209

Auteur: Santiago Gamboa Editeur: Métailié (Suites) – 2017 (416 pages) Prix La Otra Orilla 2009 …

Un commentaire

  1. Avatar

    Bon celui-là c’est sûr, il n’ira pas rejoindre ma PAL.

%d blogueurs aiment cette page :