dimanche , 22 avril 2018
Accueil / Etoiles / 3 étoiles / Le Yémen – De l’Arabie heureuse à la guerre

Le Yémen – De l’Arabie heureuse à la guerre

Auteur: Laurent Bonnefoy

Editeur: Fayard – 2017 (348 pages)

Lu en décembre 2017

Mon avis: Ecrit par Laurent Bonnefoy, chercheur au CNRS et spécialiste de l’islamisme dans la péninsule arabique, cet essai a pour objectif de démontrer que le Yémen, perçu comme un pays passif et laissé-pour-compte de la marche de l’histoire contemporaine, a bel et bien sa place dans le concert des Nations.
Isolé, un temps autarcique, le Yémen a longtemps fasciné l’imaginaire occidental, apparaissant comme le dernier bastion de l’authenticité arabo-musulmane. De révolutions en guerres civiles, le Yémen, pays assez confidentiel, déboula avec fracas sur la scène internationale au lendemain du 11 Septembre, lorsque le monde entier apprit que Ben Laden était d’origine yéménite. Désormais réputé nid de terroristes, il subit la « guerre contre le Mal », avec attaques de drones américains et victimes collatérales. Dix ans plus tard, le Yémen connut lui aussi son printemps arabe, lequel déposa Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis plus de trente ans, et le remplaça par le président Hadi. Aujourd’hui, stabilité et sécurité ne sont toujours pas de mise, puisque depuis 2014, une guerre civile fait rage entre le pouvoir en place, soutenu par une coalition régionale emmenée par l’Arabie Saoudite, et la rébellion houthiste, alliée de Saleh et dont la rumeur (et l’Arabie) prétend qu’elle serait téléguidée par l’Iran.
Bien qu’au coeur d’enjeux politiques et stratégiques importants, le Yémen donne l’impression de subir les événements et d’être le champ de bataille où s’affrontent par procuration les puissances régionales. C’est cette image que l’auteur veut déconstruire pour rebâtir celle d’un pays « riche de son intégration dans les enjeux et flux du monde contemporain ». Remontant à la charnière 19ème-20ème siècles, il dresse un état des lieux des relations du Yémen avec les autres pays, sur les plans politique, religieux, économique et artistique. Et constate que ces relations, aussi développées soient-elles, n’en sont pas moins déséquilibrées, le Yémen n’étant pas une « grande puissance ». Dominé politiquement et économiquement, sans compter le terrorisme et la guerre civile, le Yémen « a besoin du monde », mais ne réussit pourtant pas à mobiliser la communauté internationale, malgré une épidémie de choléra qui touche un million de personnes (selon le CICR, pas plus tard qu’hier – le pays comptant 27,5 millions d’habitants en 2016), et la sécheresse qui menace.

Ce livre est dense, fouillé, intéressant et écrit, de toute évidence, par un fin connaisseur, ce qui en rend la lecture quelque peu ardue (en tout cas pour moi). Il vaut mieux être initié à l’histoire et la géopolitique du Moyen-Orient avant de se lancer dans cette lecture.
Quoi qu’il en soit, j’en ai retenu l’image d’un pays de traditions qui voudrait s’ancrer dans la modernité, riche de sa situation géographique et de sa culture, mais dont la population souffre. L’auteur termine sur une note d’optimisme à laquelle on veut croire : « Et son histoire nous interdit de désespérer : la capacité d’adaptation, la résilience et l’inventivité de modèles sobres, éprouvés au cours des siècles pour faire face aux guerres, régler les conflits, distribuer les ressources constituent des leçons précieuses ».

En partenariat avec les éditions Fayard, via le réseau NetGalley.

Présentation par l’éditeur:
Le Yémen a longtemps fasciné bien des voyageurs, parfois illustres, d’Ibn Battuta à Arthur Rimbaud et André Malraux. Il apparaît comme l’incarnation d’une authenticité tant arabe que musulmane. Toutefois, bien que pris dans les soubresauts de l’histoire mondiale (colonisation, guerre froide et terrorisme) et occupant une place stratégique à la croisée des continents, il reste mal connu et perçu comme marginal et passif.
Patrie d’origine de la famille Ben Laden, lieu où l’attentat contre Charlie Hebdo a été commandité, le Yémen a émergé en tant que menace à la sécurité internationale dans le contexte de la guerre mondiale contre le terrorisme et a vu son image se détériorer. L’offensive armée saoudienne lancée en mars 2015 en a fait une victime directe de la lutte entre puissances régionales.
L’ambition de cet ouvrage est de dépasser ces perceptions catastrophistes et cette lecture purement sécuritaire pour s’intéresser aux modes d’intégration du Yémen dans les relations internationales. Il s’agit, à partir de figures et d’interactions spécifiques (du diplomate au terroriste en passant par le migrant et l’artiste), d’analyser la place qu’occupent cet État et cette société dans les enjeux contemporains.
Car le Yémen, loin d’être une marge, se trouve au cœur de processus fondamentaux qui ont trait aux flux transnationaux, aux mécanismes de domination et aux résistances qu’ils engendrent.
Mieux le comprendre, c’est aussi mieux appréhender un Moyen-Orient et un monde en crise.

Evaluation :

Voir aussi

Les jeunes mortes

Auteur: Selva Almada Editeur: Métailié – 2015 (144 pages) Lu en mars 2018 Mon avis: Ni …

%d blogueurs aiment cette page :