lundi , 22 juillet 2024

La nostalgie de l’aile

Auteur: Pascal Goffaux (photos: Laurent Quillet)

Editeur: Esperluète Editions – 2021 (72 pages)

Lu en octobre 2023

Mon avis: Pascal Goffaux aurait voulu ne pas naître, ne pas être. Mais il est né quand même, malgré lui, à son corps défendant. Encombré d’une enveloppe charnelle dont il ne sait trop que faire, d’un corps qui n’a pas de poids, qu’il ne ressent pas, qu’il ne parvient pas à ancrer dans la réalité : « mon corps était léger ou immatériel » ; « tout un chacun fait l’expérience de l’ennui, de temps à autre, mais la conscience d’avoir un corps étranger à soi est passagère. La mienne est constante dans chaque situation de ma vie. Je ne m’abandonne jamais au plaisir des sens. Je ne ressens pas le plaisir de la chair, car de quelle chair pourrait-il s’agir ? » Comme détaché de ce corps, il s’observe de l’extérieur et part à la recherche de son identité. Il faut pour cela remontrer à l’enfance, aux sources des manques. Il y en a deux : celui du frère trois ans plus âgé, vivant à l’écart du noyau familial, reclus à un autre étage de la maison avec une tante en mal d’affection ; et celui d’un frère mort-né. Entre un frère manqué et un frère manquant, comment prendre sa place ? Enfant, le narrateur flotte dans les vêtements de son aîné. Plus tard, il flottera dans sa vie, marquée par deux seules décisions : celle de faire de la radio (parce qu’il n’y a pas besoin de corps pour parler à la radio, et parce que la voix à travers le poste s’adresse à quelqu’un qui n’est pas immédiatement là, qui est absent), et celle de ne pas faire d’enfants (mais d’en adopter deux avec sa femme, à qui il rend d’ailleurs un très bel hommage).

Dans ce récit d’une cinquantaine de pages qui va au plus intime, Pascal Goffaux, journaliste culturel à la RTBF, dévoile et explore le vide, l’absence au monde qui remplissent son âme. Un texte profond et interpellant, non dénué d’humour (noir) et d’autodérision, qui ne m’a pas bouleversée autant que je l’avais imaginé. A chacun sa nostalgie, sans doute.

PS : le livre est complété par quelques photos de Laurent Quillet, plasticien, qui « interroge sa place dans le monde par l’effacement partiel de sa personne sur des photos de famille ». Un travail en résonance avec le texte de Pascal Goffaux

#LisezVousLeBelge

Présentation par l’éditeur:

Voici l’histoire d’une non-histoire, celle d’un homme qui aurait préféré ne pas être. Affublé d’un corps qui n’a pour lui que peu de réalité, il peut sans difficulté exister à côté de son enveloppe charnelle. Il devient alors observateur de sa propre identité et revient à la source, celle de son enfance.

Une enfance marquée par un double manque : la relation avec un frère aîné qui habitait sous le même toit, mais qui était exclu du noyau familial, et la présence-absence d’un troisième enfant dont il occupe la place dans l’imaginaire familial. En grandissant, il recherche le frère manquant. Il l’a découvert jeune adulte en la personne d’un étudiant qui semblait exister à sa place. Cet Uriel moderne, archange solaire, ne fit qu’accentuer la solitude mortelle causée par l’effacement de sa personne. Une seconde rencontre, celle d’un chanteur tout aussi angélique, creuse cette disparition de soi comme programmée dès l’enfance.

Ce récit d’une construction malgré soi, traversé par une nostalgie sans fond, tempéré par la présence bienveillante de la famille actuelle du narrateur et par la révélation de la radio – où le son prend la place du corps – emmène le lecteur dans un univers à l’écriture singulière et sensible.

Une expérience de lecture proche de l’apnée où Pascal Goffaux nous emmène dans l’intimité de son enfance, avec un humour noir, mordant, à la limite de l’autosabotage.

Laurent Quillet explore cette non-présence au monde dans un travail d’effacement volontaire de sa personne sur d’anciennes photos de famille. Les univers de ces deux hommes se rejoignent et se répondent. Dans leur démarche d’absence et de retrait du monde, ils ont trouvé leur alter ego.

Evaluation :

Voir aussi

Contes d’un buveur de bière

Auteur: Charles Deulin Editeur: Blondel – 1976 (188 pages) Lu en juin 2024 Mon avis: Voici …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.