vendredi , 1 mars 2024

Le marchand de passés

Auteur: José Eduardo Agualusa

Editeur: Métailié – 2006 (131 pages)/Suites – 2017 (144 pages)

Lu en décembre 2023

Mon avis: Félix Ventura est bouquiniste à Luanda (Angola), mais il est surtout connu pour son métier de « créateur de passés », qu’il vend à des clients désireux de transmettre à leurs héritiers une généalogie flatteuse et honorable. Hommes politiques ou d’affaires, anciens militaires ou révolutionnaires, nombreux sont ceux qui ont eu recours à ses services et lui ont ainsi permis de vivre confortablement et paisiblement.
Mais un jour, un mystérieux étranger lui demande de lui construire une biographie angolaise. Ventura, réticent, s’exécute néanmoins, Mal lui en a pris : pour une fois, le passé qu’il a créé se réveille, surgit dans le présent et bouleverse celui-ci, au grand dam des protagonistes.
Curieux roman que voilà, où le narrateur est un gecko qui vit dans la maison de Ventura, et dont on apprend qu’il était un homme dans une vie antérieure . En plus de nous relater les événements, le gecko nous livre le récit de ses rêves et les souvenirs de cette vie humaine.
Entre rêve et réalité, cette fable teintée de fantastique interroge sur la mémoire et la façon dont elle (re)construit le passé, plus ou moins fidèlement, plus ou moins consciemment, et sur les conséquences de cette démarche sur le présent et le futur.
Ce texte poétique m’a offert ce paradoxe qu’il a beaucoup de charme et est agréable à lire, mais qu’il est en même temps difficile à cerner : je n’ai pas trop compris où voulait en venir l’auteur, faute peut-être de ne pas suffisamment connaître le contexte angolais. Pour avoir déjà lu d’autres romans d’Agualusa, je suppose qu’il a voulu une nouvelle fois dénoncer les dérives de la politique de son pays, qui n’a toujours pas digéré son tumultueux passé post-colonial, fait de dictature et de guerre civile.

Présentation par l’éditeur:

A Luanda, à la fin de la guerre révolutionnaire, Félix Ventura, le bouquiniste albinos, crée de faux passés qu’il vend aux nouveaux riches. Ses clients sont des entrepreneurs prospères, des hommes politiques, des généraux, tous ont assuré leur avenir. Il leur faut donc transmettre à leurs enfants un bon passé. Félix leur construit des généalogies flatteuses, des portraits d’ancêtres, des mémoires brillantes. Il en vit bien, jusqu’à l’arrivée d’un mystérieux étranger à la recherche d’une identité angolaise. Alors, dans un vertige, le passé envahit le présent et tout bascule.

Satire féroce et pleine d’humour de la société angolaise, ce Marchand de passés est surtout une réflexion sur la construction de la mémoire et ses ambiguïtés.

Evaluation :

Voir aussi

De natura florum

Auteure: Clarice Lispector Editeur: Editions des femmes – 2023 (52 pages) Lu en février 2024 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.