mardi , 29 novembre 2022

Le temps d’un souffle, je m’attarde

Auteur: Roger Zelazny

Editeur: Le Passager Clandestin – 19 mai 2022 (112 pages)

Lu en novembre 2022

Mon avis: Nouvelle de SF publiée en 1966, ce texte se déroule dans un futur lointain (enfin, on espère), à une époque où il ne subsiste plus sur Terre que des intelligences artificielles, programmées pour reconstruire la planète. Créées par l’Homme à une époque où l’humanité existait encore, ces IA sont autonomes, obéissent à leur programme, dialoguent entre elles et sont structurées en une hiérarchie bien établie et immuable. Automates, leur comportement obéit à la seule logique.

Jusqu’au jour où l’une de ces IA, Gel (« la plus belle, la plus puissante, la plus difficile à comprendre des créations de Solcom », Solcom étant lui-même une IA), tente de comprendre ce qu’est un être humain. Bien que ses collègues IA lui aient dit que « l’homme possédait une nature fondamentalement incompréhensible », dont les perceptions sont organiques, contrairement à celles d’une machine, aussi sophistiquée et complexe soit-elle, Gel s’obstine et rassemble un maximum de données parmi les vestiges de l’humanité éparpillés à travers le monde. Avant de lancer un pari : devenir lui-même un humain.

A travers cette quête improbable (?), l’auteur explore la question de savoir ce qui fait le propre de l’Homme, à une époque où l’on commençait précisément à développer les IA, et où certains étaient convaincus « qu’elles seront bientôt assez intelligentes pour bouleverser les notions mêmes de conscience et d’intelligence humaines », et où d’autres s’inquiétaient déjà du « risque d’une aliénation sans retour de l’humanité à ses œuvres » (cf la postface de l’édition chez Le Passager Clandestin).

Un texte simple, fluide, touchant même par l’obstination de Gel, qui ouvre sur le débat infini de l’essence humaine. Mais l’infinitude n’est-elle pas le propre de l’Humain ?

En partenariat avec les Editions Le Passager Clandestin via une opération Masse Critique de Babelio.

Présentation par l’éditeur:

En 1966, Roger Zelazny imagine un ordinateur tout-puissant qui rêve de devenir humain.

Evaluation :

Voir aussi

Les dimanches d’Angèle

Auteure: Linda Vanden Bemden Editeur: Quadrature – 2020 (86 pages) Lu en novembre 2022 Mon …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :