dimanche , 15 septembre 2019
Accueil / Etoiles / 4 étoiles / L’Embellie

L’Embellie

Auteur: Auður Ava Olafsdottir

Editeur: Points – 2014 (395 pages)

Lu en 2014

l'embellieMon avis: Avez-vous déjà volé en montgolfière ? Avez-vous déjà expérimenté cette sensation de flotter, de glisser dans l’air, sans effort, sans heurt ni turbulences, avec juste une légère secousse au décollage, puis de voir les choses sous un angle inconnu, dans un espace silencieux à peine troublé par le brûleur ? Le spectacle est si captivant qu’on en oublie peur et vertige. Là-haut le monde est calme et apaisant, il n’y a qu’à se laisser porter en apesanteur sans réfléchir.
C’est un peu l’impression que m’a laissée la lecture de L’Embellie. Et je crois que cette comparaison illustre assez bien l’attitude de la narratrice.
Ainsi donc, au début du roman, il est question de quelques secousses : le mari de la narratrice lui annonce son intention de divorcer parce qu’il part vivre avec une autre femme, enceinte de lui. La narratrice, trentenaire un peu déconnectée des réalités, ne veut pas d’enfants, s’estimant incapable d’assumer une telle responsabilité et une telle privation de liberté. Elle est donc drôlement coincée lorsque – deuxième secousse – sa meilleure amie, hospitalisée pour une longue durée, lui confie sans autre forme de procès la garde de Tumi, son fils de 4 ans presque sourd et aveugle.
Heureusement pour elle, les événements ne semblent pas l’affecter, elle prend les choses comme elles viennent, sans drame, sans larmes.
Elle ne s’en trouve pas moins à un tournant de sa vie, avec l’inconnu pour perspective et un enfant inattendu. Qu’à cela ne tienne, dans ces circonstances il lui semble tout à fait indiqué de partir avec Tumi en road-trip sur la Nationale 1, la route circulaire qui fait le tour de l’Islande.
Au fil des kilomètres s’enchaînent alors les arrêts dans les stations-services, les étapes en hôtel ou en gîte, les rencontres improbables avec hommes et moutons. Le tout sous des trombes d’eau alors qu’il devrait pourtant neiger en ce mois de novembre (ça doit être ça, le sens d’une Embellie en Islande…), à cette période de l’année où le soleil de midi n’est qu’un crépuscule hésitant entre chien et loup.
Malgré les situations cocasses, fantaisistes ou inquiétantes, rien ne semble ébranler la narratrice, qui fait preuve d’un détachement qui la ferait passer pour un monstre d’insensibilité et d’égoïsme s’il n’y avait Tumi, petit bonhomme drôlement perspicace et attachant. Parce qu’on sent bien que ces deux-là s’apprivoisent au-delà de toute attente, et on comprend peu à peu, même s’il ne se passe pas grand-chose dans cette histoire improbable, que la narratrice est avant tout un être libre, qui se fiche bien des contingences quotidiennes, qui prend les plaisirs là où elle les trouve tant que cela ne blesse personne, mais assume néanmoins sa responsabilité de mère temporaire de substitution.
Dans ce récit, l’eau et les événements coulent, glissent, ne font qu’effleurer les personnages qui se laissent porter. On a l’impression d’être dans un rêve, on doute parfois que certaines choses se soient réellement produites, tant les descriptions sont peu appuyées. Seuls les faits sont décrits, pas les sentiments. On les devine, de même que le passé de la narratrice, au détour de quelques ellipses.
A lire les critiques, ce roman souffre beaucoup de la comparaison avec Rosa Candida. L’Embellie est ma première entrée dans l’univers de Audur Ava Olafsdottir… Pour moi, ce fut un joli voyage…

Présentation par l’éditeur:

Son mari l’a quittée avec le matelas et le sommier. Pour ne rien arranger, sa meilleure amie, enceinte, lui confie son fils de quatre ans, étrange petit bonhomme presque sourd. Cette semaine-là, cette femme libre gagne également deux fois à la loterie ! Une seule solution : partir. Prendre des vacances d’été en hiver avec le petit Tumi, à la découverte des landes sauvages de l’Islande.

Une citation:

– “Une des caractéristiques d’une liaison amoureuse défaillante apparaît quand les gens se croient obligés d’avoir des enfants ensemble“.

Evaluation :

Voir aussi

Today we live

Auteur: Emmanuelle Pirotte Editeur: Le Livre de Poche – 2017 (224 pages) Lu en août …

%d blogueurs aiment cette page :