mercredi , 27 mai 2020

Été 70

Auteur: Jacky Essirard

Editeur: Yovana – 2018 (155 pages)

Lu en mai 2020

Mon avis: Après une intervention chirurgicale bénigne, Vincent, la soixantaine, occupe sa convalescence à soigner une autre cicatrice, une blessure du passé mal refermée, remontant à l’année 1970. A l’époque, Vincent a prévu de se rendre aux Pays-Bas pour les vacances, sur les traces d’une histoire d’amour mort-née avec Ingrid, une jeune Hollandaise avec laquelle il entretient une correspondance platonique depuis deux ans. Un voyage comme un lot de consolation bravache, pendant lequel tous les protagonistes font semblant de croire que l’amitié peut surgir des cendres d’un amour fantasmé, inabouti.

40 ans plus tard, au rythme lent de sa démarche de convalescent, Vincent ressort quelques vieilles photos et se décide à coucher sur le papier le récit de cette équipée hollandaise improbable, qu’il destine à Margot, sa compagne.

Ce roman entrelace donc deux histoires, narrées par Vincent : celle de sa relation avec Ingrid dans les années 70, et celle de sa vie actuelle et de son projet d’écriture. Sans qu’on comprenne bien pourquoi Vincent éprouve ce besoin de décortiquer cet épisode de jeunesse, on se laisse porter par ses souvenirs, ses déambulations entre passé et présent, ses réflexions sur la vie qu’on choisit et celle qu’on laisse échapper, les décisions qu’on prend ou pas, le courage ou la lâcheté qui vont avec, et les petits arrangements négociés avec sa conscience. Avec un brin de nostalgie et quelques regrets mais sans qu’on en fasse tout un drame, Eté 70 est un voyage intime au cœur d’une vie somme toute assez banale, un texte sensible et apaisé, mais qui “parlera” sans doute davantage aux ados de ces années-là.

En partenariat avec les Editions Yovana via Netgalley.

#Été70 #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Après une opération bénigne, Vincent profite de sa convalescence pour s’occuper d’une blessure ancienne mal cicatrisée. Il écrit le présent, celui d’un homme de soixante ans, et le passé de celui qu’il a été à vingt ans. Il revisite l’été 70, son séjour aux Pays-Bas où il alla enterrer un amour avorté — une liaison épistolaire de deux années qui s’était achevée brutalement. Il était parti malgré tout, jouant l’amitié, acceptant l’absurde au gré de ses découvertes. Quarante ans plus tard, Vincent recoud à petits points l’épisode clé de sa vie affective. Les photos parlent. Il rouvre la plaie sans nostalgie ni douleur. L’examine avec humour à la recherche d’un souvenir clandestin sous l’œil de Margot, la compagne d’aujourd’hui. D’une plume légère trempée dans une encre dense d’émotions, Jacky Essirard nous brosse dans ce second roman un tableau très personnel de cette saison aux accents mythiques : l’été 70.

Evaluation :

Voir aussi

Désorientale

Auteur: Négar Djavadi Éditeur: Liana Lévi (piccolo) – 2018 (352 pages) Prix du Style 2016 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :