mercredi , 25 mai 2022

Les choses que nous avons vues

Auteur: Hanna Bervoets

Editeur: Le Bruit du Monde – 3 mars 2022 (160 pages)

Lu en mars 2022

Mon avis: Modérateur de plateformes internet, voilà un boulot qui ne vend pas du rêve. Au contraire, il est plutôt pourvoyeur de cauchemars, de dépression et même de stress post-traumatique (cf les sources en fin de livre). Et pourtant, ce travail est indispensable pour protéger l’internaute lambda des images violentes, fausses, complotistes,… qui autrement pulluleraient sur la Toile, ce lieu virtuel sans limites et ouvert à tous, pour le meilleur et pour le pire.
Kayleigh, la jeune femme narratrice, faisait partie de ces « nettoyeurs du web », embauchée par la plateforme Hexa. Après une formation d’une semaine pendant laquelle les nouvelles recrues doivent assimiler un catalogue de règles sur ce qui est publiable ou non, la voilà (mal) payée pour passer ses journées les yeux rivés sur un écran, à visionner des images plus épouvantables les unes que les autres, et à devoir décider en quelques instants si la vidéo peut rester en ligne ou pas. Les conditions de travail sont infernales : pauses rares et minutées, interdiction de prendre des notes, d’enregistrer, de parler du travail en dehors d’Hexa, et surtout obligations de rendement affolantes : 500 « tickets » à résoudre par jour, avec un taux de « bonnes » réponses de 85% à atteindre (parce qu’évidemment, des superviseurs contrôlent les contrôleurs), sinon c’est la porte.
Après quelques mois à cette cadence, Kayleigh a quitté Hexa, mais contrairement à d’autres anciens collègues, elle refuse de participer à l’action collective qu’ils intentent contre leur ex-employeur. Elle s’en explique par un courrier adressé à leur avocat, dans lequel elle lui raconte, avec froideur et détachement, ses débuts chez Hexa, son travail au quotidien, ses relations avec ses collègues et en particulier sa relation amoureuse avec Sigrid, les after-works passés à boire des verres au café du coin, leurs façons de se protéger contre leur boulot traumatisant, la manière dont leur psychisme s’est peu à peu déglingué, et comment cela a affecté leurs relations.

Ce roman me laisse un peu perplexe : je n’ai ressenti aucune empathie pour les personnages, peut-être parce qu’ils semblent tous déshumanisés à des degrés divers; leurs comportements ne sont pas toujours très lisibles ni cohérents (mais ils sont loin de mener des vies équilibrées et épanouies, et ce n’est pas seulement à cause de leur boulot chez Hexa), et au final je n’ai pas compris ce qui s’était réellement passé entre Sigrid et Kayleigh, ni pourquoi cette dernière ne se joint pas à l’action collective. Quant à la fin, je l’ai trouvée bancale.
J’aurais aimé avoir davantage de mise en contexte autour des personnages et de leur vécu, mais malgré cela, « Les choses que nous avons vues » aborde un sujet intéressant, sur lequel je n’avais encore rien lu. Ce roman tendu, cru et désabusé met en lumière un boulot terriblement ingrat et éprouvant, potentiellement destructeur tant pour le travailleur que pour son entourage, d’autant plus quand l’employeur se préoccupe davantage de rentabilité que de la santé mentale et du bien-être de ses employés.

En partenariat avec la toute nouvelle maison d’édition « Le bruit du monde », via une opération Masse Critique privilégiée de Babelio.

Présentation par l’éditeur:

Kailegh a appartenu à la cohorte de modérateurs de contenu chargés de veiller sur les images et les textes qui circulent sur le web. Sur un ton froid et désabusé, la jeune femme répond par courrier interposé à l’avocat qui lui a proposé de participer à une action collective contre la plateforme Internet qui l’employait. En dépit de la somme de vidéos barbares et de commentaires haineux qui lui a été infligée le temps de ce travail précaire, elle refuse de se joindre à ses anciens collègues, mais souhaite raconter ce qui l’a personnellement traumatisée sur les lieux de ce travail. Commence alors le récit du quotidien éreintant de ces nettoyeurs du web, de l’indifférence avec laquelle ils se protègent jusqu’aux cauchemars qui les hantent. Le jour où apparaît la séduisante Sigrid, venue travailler avec eux, Kailegh semble perdre ses moyens.
Que peut devenir une relation entre deux êtres au sein d’un univers où l’intimité est quotidiennement malmenée ? Telle est la question que pose Hannah Bervoets avec acuité, le temps d’un récit à la tension irrésistible.

Evaluation :

Voir aussi

L’arbre ou la maison

Auteur: Azouz Begag Editeur: Julliard – 2021 (304 pages) Lu en avril 2022 Mon avis: …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :