mercredi , 19 juin 2024

Les divisions

Auteur: Eric Halphen

Editeur: Buchet Chastel – 11 janvier 2024 (448 pages)

Lu en décembre 2023

Mon avis: Mehdi Azzam est un joueur de foot talentueux, sélectionné à plusieurs reprises en équipe de France, ce qui lui a valu les feux de la rampe et un transfert dans un prestigieux club anglais. Mais Outre-Manche, il n’est plus qu’un bon joueur parmi d’autres, qui doit faire ses preuves pour mériter sa place sur le terrain. Un échec, et un retour en France, à Reims, où il s’installe avec sa femme Jessica et leurs deux filles.

Alors que Mehdi travaille sans relâche pour se refaire une réputation sportive, c’est son image d’homme qui est sur le point de se fracasser : un journaliste lui apprend que Jessica s’apprête à dénoncer dans la presse les violences conjugales dont elle est victime.

Une fois l’article publié, deux camps vont s’opposer par médias et réseaux sociaux interposés : celui qui prend fait et cause pour Jessica (sans avoir pris la peine de demander à Mehdi sa version des faits), et celui qui pose Mehdi en victime de racisme (sans, non plus, avoir pris la peine d’interroger le principal intéressé).

Pendant que son couple, sa famille, sa carrière, sa vie s’effondrent, Mehdi fait profil bas, se tait dans toutes les langues, n’avoue ni ne dément rien. Quant à Jessica, son caractère lunatique et taiseux et ses déclarations laconiques et peu circonstanciées sèment le doute sur leur authenticité. Les journalistes s’emballent, les avocats se mettent en ordre de bataille, le maire et les dirigeants du club de Reims cherchent à se couvrir, mais la justice n’agit pas, faute d’avoir été saisie par un dépôt de plainte de Jessica.

Comment faire surgir la vérité, dans ce cas ? Bonne question, dont personne ne se préoccupe : « Mais personne n’avait cherché à séparer le vrai du faux, à croire que la vérité (à supposer qu’il y en ait réellement une, la question n’était pas si stupide qu’il y paraissait, parfois il y avait de quoi douter tant cette vérité, quel que soit le nom qu’on lui donne, changeait selon l’angle avec lequel on l’appréhendait) n’intéressait personne. Les policiers, les médias, l’avocate, les féministes, ses quelques amies, et surtout sa propre famille, ah sa famille…, tous les intervenants l’avaient complètement laissée de côté, cette quête de la vérité, ils avaient préféré scruter les personnalités, opposer les uns aux autres, procéder à une utilisation égocentrée de l’affaire, laisser les positions de principe et les idéologies occuper le terrain. Nul ne s’intéressait vraiment au malheur d’autrui, s’il y avait une leçon à tirer, c’était bien celle-là ; personne ne s’était intéressé à elle, à sa souffrance et à son avenir ».

« Les divisions » est un roman choral sur le traitement médiatique (y compris via les réseaux sociaux) des violences conjugales dénoncées sans être prouvées, et dont le potentiel de buzz est d’autant plus élevé que leur auteur présumé est une célébrité, qui plus est avec un nom d’origine étrangère.

Alors qu’aucun des deux camps ne fait dans la nuance, l’auteur s’efforce de créer des personnages principaux complexes et amers, à l’âme insondable (sans doute parce qu’aucun autre protagoniste ne s’y intéresse réellement), pour lesquels il est difficile d’éprouver de la sympathie. Malgré une fin qui tourne un peu court, ce roman vaut pour son observation assez fine d’une société malade, qui accorde plus d’importance au vacarme des opinions à l’emporte-pièce qu’à la vérification des faits. Triste monde.

En partenariat avec les Editions Buchet-Chastel via Netgalley.

#Lesdivisions #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Mehdi Azzam a grandi à Vitry. Elevé durement par son père, il se réfugie dans le sport. Très vite repéré, il devient un bon joueur de foot. Appelé en équipe de France, sa cote flambe puis se tasse brusquement pendant son séjour en Angleterre. A l’étranger, Mehdi devient un joueur sans talent. Rétrogradé, il se retrouve à Reims. Le footballeur vit là avec sa femme et ses filles – lorsqu’un journaliste lui annonce un article à paraître dans la presse nationale du lendemain : la femme de Mehdi y dénonce les violences conjugales qu’elle subit.

Les Divisions raconte la mécanique qui, dès lors, va s’enclencher. Les différents acteurs – avocat, journaliste, etc – se contentent de jouer leur partition et de tirer le meilleur parti de la situation. Car aujourd’hui la vérité n’a plus d’importance. Les convictions ont remplacé les faits, les dénonciations les démonstrations. Les Divisions, version moderne de la fable, est le deuxième roman d’Eric Halphen chez Buchet/Chastel.

Evaluation :

Voir aussi

Le héron de Guernica

Auteur: Antoine Choplin Editeur: Editions du Rouergue – 2011 (158 pages)/Points – 2015 (168 pages) …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.