mardi , 20 octobre 2020

Les Graciées

Auteur: Kiran Millwood Hargrave

Éditeur: Robert Laffont – 20 août 2020 (400 pages)

Lu en septembre 2020

Mon avis: “Les Graciées”, c’est l’histoire d’une chasse aux sorcières, au sens propre du terme, inspirée de faits réels qui se sont déroulés vers 1620 dans l’île de Vardø, à l’extrême nord-est de la Norvège, au-delà du cercle polaire.
Dans ces contrées lointaines au climat et aux conditions de vie très rudes, une violente tempête vient de causer la mort de 40 pêcheurs, soit la quasi-totalité des hommes du village. Les femmes doivent donc tout prendre en charge pour survivre, à commencer par la pêche. Des femmes qui prennent leur vie en mains, voilà qui semble suspect aux yeux des plus bigotes et des hommes des villages voisins…
A la même époque, le roi Christian IV de Norvège promulgue des lois contre la sorcellerie, inspirées de celles prises par le roi Jacques Stuart d’Écosse et de son traité de démonologie. Son but était d’affirmer l’emprise de l’Église luthérienne et de “christianiser” les Samis, peuple nomade aux traditions chamaniques, connu pour parler aux esprits et commander aux vents. Une population qui n’a que faire de l’autorité du pouvoir central ou de Dieu, voilà qui semble hautement blâmable aux yeux du gouvernement et du clergé…
C’est dans ce contexte de répression qu’Absalom Cornet débarque à Vardø. Cet Écossais fanatique, expert chasseur, est chargé de purifier la région de ces forces maléfiques. Une charge qu’il conçoit comme un sacerdoce, convaincu jusqu’à la moelle que tout ce qui n’est pas conforme à la religion est nécessairement l’œuvre du diable et doit donc être éradiqué. Il ne faudra pas longtemps après l’arrivée de Cornet pour que les femmes de Vardø se divisent en deux clans, les féroces grenouilles de bénitier et les autres, ouvertement rebelles ou résistantes silencieuses. Entre les deux, Ursa, jeune femme norvégienne que Cornet a épousé à la faveur d’un mariage arrangé juste avant d’embarquer pour Vardø, doit s’adapter (ou pas) à sa nouvelle vie d’épouse soumise et à des conditions de vie auxquelles son relatif confort bourgeois de Bergen ne l’avait pas préparée. Au contact de la jeune Maren, elle prend conscience qu’il existe un chemin vers l’émancipation.

Récit d’une tragédie annoncée, “Les Graciées” est un roman captivant et très fluide. Avec sa narration linéaire et une intrigue sans vraie surprise, il (re)met en lumière un épisode historique dans lequel les hommes (avec l’aide de certaines femmes), sous couvert de religion, ont cherché à imposer leur domination sur les femmes et sur un peuple ayant l’audace de vivre différemment, à la marge de la “civilisation”. Un exemple parfait d’obscurantisme, de fanatisme et de stupidité au service du Pouvoir, ce but ultime. Même si les personnages sont un peu stéréotypés et même si la ligne entre les gentils et les méchants est beaucoup trop claire, ce roman d’émancipation et de (in)tolérance, qui fait froid dans le dos, est un texte puissant et nécessaire, tant il résonne encore à l’heure actuelle.

En partenariat avec les Editions Robert Laffont via Netgalley.
#LesGraciées #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

1617, Vardø, au nord du cercle polaire, en Norvège.
Maren Magnusdatter, vingt ans, regarde depuis le village la violente tempête qui s’abat sur la mer. Quarante pêcheurs, dont son frère et son père, gisent sur les rochers en contrebas, noyés. Ce sont les hommes de Vardø qui ont été ainsi décimés, et les femmes vont désormais devoir assurer seules leur survie.
Trois ans plus tard, Absalom Cornet débarque d’Écosse. Cet homme sinistre y brûlait des sorcières. Il est accompagné de sa jeune épouse norvégienne, Ursa. Enivrée et terrifiée par l’autorité de son mari, elle se lie d’amitié avec Maren et découvre que les femmes peuvent être indépendantes. Absalom, lui, ne voit en Vardø qu’un endroit où Dieu n’a pas sa place, un endroit hanté par un puissant démon.

Inspiré de faits réels, Les Graciées captive par sa prose, viscérale et immersive. Sous la plume de Kiran Millwood Hargrave, ce village de pêcheurs froid et boueux prend vie.

Evaluation :

Voir aussi

Petits cimetières sous la lune

Auteur: Mauricio Electorat Éditeur: Métailié – 1er octobre 2020 (281 pages) Lu en septembre 2020 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :