jeudi , 23 septembre 2021

L’imprudence

Auteur: Loo Hui Phang

Éditeur: Actes Sud – 2019 (160 pages)

Lu en décembre 2020

Mon avis: Elle, la narratrice, a 23 ans, est d’origine vietnamienne et vit à Paris, assistante d’un photographe. Très libre, elle vit en suivant son instinct, ses pulsions, ses désirs, en même temps que les hommes dans la rue.
Elle s’adresse à “toi”, son frère dix ans plus âgé, qu’elle voudrait tirer de sa déprime, un mal-être qui ne l’a jamais vraiment quitté depuis qu’avec leurs parents ils ont fui le Laos, 20 ans plus tôt.
Elle ne se souvient pas de son pays natal, “toi” ne s’en souvient que trop bien et n’a jamais réussi (voulu?) s’adapter à la France, terre étrangère où il n’arrive pas à être lui-même.
Elle parle aussi d’eux, leurs parents, pas davantage intégrés, recroquevillés sur leurs traditions et leurs habitudes rigides, repliés dans une zone de confort forgée pour supporter l’exil et survivre dans ce pays d’accueil où ils ne resteront jamais que des étrangers.
Elle, fille de la deuxième génération, est vue en France comme une étrangère, quoi qu’elle fasse, rien à faire, sa peau la trahit. Elle l’est au Laos également, où elle retourne avec sa mère et son frère pour les funérailles de sa grand-mère. Là-bas non plus on ne lui donne pas sa place, avec sa dégaine de touriste, la langue qu’elle ne maîtrise pas, le modèle traditionnel de la jeune fille attendant sagement un mari, qu’elle refuse (le mari et le modèle).
En manque de racines, en panne d’identité, les retrouvailles avec son grand-père vont lui apprendre à s’ancrer, littéralement à être bien dans sa peau : “le seul endroit sur terre dont je peux revendiquer l’appartenance est le périmètre de ma peau. C’est là le seul, le vrai lieu qui est le mien“.

Avec son écriture poétique et sensuelle, parfois très crue, ses phrases courtes et hachées, “L’imprudence” parle d’identité, d’exil, de la façon dont on vit un déracinement selon les souvenirs que l’on a de son pays d’origine, de la façon dont les autres vous perçoivent, ici ou là-bas, de cet entre-deux souvent inconfortable entre ici et là-bas quand on ne s’identifie pas/plus à l’un ou à l’autre. Et quand bien même la narratrice se sent française et tourne le dos aux traditions familiales, elle se voit étrangère dans le regard des Français, et incomprise des siens. C’est là son “imprudence” : échapper aux normes, chercher qui elle est, la voie vers la liberté.

Présentation par l’éditeur:

Une jeune femme photographe qui vit à l’instinct, dans l’urgence de ses projets, de ses désirs, retourne dans son Laos natal pour l’enterrement de sa grand-mère. En compagnie de sa mère et de son frère aîné brisé par l’exil, en retrouvant son grand-père, elle réapprend ce qu’elle est, comprend d’où elle vient et les différentes ardeurs qui la travaillent, qui l’animent. Un premier roman audacieux, sensuel et délicat qui révèle le corps comme seul territoire de liberté.

Evaluation :

Voir aussi

Hôtel Berlin 43

Auteur: Vicki Baum Editeur: Métailié – 9 septembre 2021 (280 pages) Lu en août 2021 …

%d blogueurs aiment cette page :