mercredi , 23 octobre 2019
Accueil / Etoiles / 3 étoiles / Un jardin au désert

Un jardin au désert

Auteur: Carine Fernandez

Editeur: Les Escales – 2019 (336 pages)

Lu en août 2019

Mon avis: Aaah l’Arabie Saoudite, ce désert, ces gratte-ciel, ce pétrole et ces dollars, cette prison à ciel ouvert pour femmes… Eh oui, même dans la richissime famille Bahahmar, les femmes de toutes les générations sont prisonnières. Dans des palais dorés grouillant de domestiques, et sans manquer de rien, certes, sauf de liberté.
Ainsi donc, sur cette smala d’épouses et de rejetons, règne Talal, le patriarche chef de clan et magnat de l’immobilier. Même lui se sent parfois étouffer dans son luxueux palais, il se pique alors d’une cure d’ascétisme dans une cahute de sa palmeraie isolée. C’est là qu’il fait la connaissance de son nouveau jardinier, un jeune Egyptien, dont le franc-parler lui plaît. Le jeune homme ayant fait dans son pays des études de comptabilité, il n’en faut pas davantage pour que Talal en fasse son conseiller et l’installe chez lui. S’ensuivent alors quelques remous dans la famille, qui ne voit pas cet étranger, ni son intelligence et son charme, d’un très bon œil.
Pendant que les hommes travaillent (lire : manipulent les millions de dollars à tour de bras), les femmes passent leur temps entre le palais et les centres commerciaux clinquants. Parmi elles, Dahlia, tout juste 18 ans, la petite-fille préférée de Talal, enlevée à sa mère anglaise quand elle avait six ans.
Une jeune fille en fleur, qui se lance dans des études de médecine et qui rêve d’amour et de liberté ; un jeune jardinier intelligent et sensible promu homme-lige de Talal mais attiré par le printemps arabe qui ébranle son pays, de la richesse, des combats de coq pour l’argent et le pouvoir, des questions d’identité et d’origine, des secrets inavouables, “Un jardin au désert” est une saga familiale qui se lit avec plaisir, qui ne creuse pas trop en profondeur mais qui est réaliste et permet d’explorer ce pays ultra-fermé qu’est l’Arabie Saoudite, son histoire et ses modes de vie. La légèreté de ton et l’humour ne voilent rien de l’enfermement des femmes, qui tourne parfois au drame, prises qu’elles sont entre le marteau de la modernité et l’enclume des traditions patriarcales.

En partenariat avec les Editions Les Escales via Netgalley.

#UnJardinAuDésert #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Dans les environs de Riyad, Talal Bahahmar est le patriarche excentrique d’une grande famille. Dans son immense palais, Mama Aïcha, l’épouse qu’il n’a jamais pu se résoudre à répudier, ses fils, sa vieille mère malade, sa nouvelle femme et surtout Dahlia, sa petite-fille adorée, se croisent.
Entre eux, l’entente est loin d’être au beau fixe. Lorsque Talal rencontre son jardinier, l’égyptien Rezak, se noue entre les deux hommes une relation presque filiale qui va bousculer les certitudes du vieil homme. Serait-il temps d’expliquer à Dahlia les zones d’ombre qui planent sur son enfance ? Que répondre à son désir criant de liberté ?
Entre les palmeraies et les gratte-ciel, Carine Fernandez dessine une fresque sur quatre générations, celle des membres de la famille Bahahmar, liés par le sang, l’argent et le secret. Elle nous conte aussi une Arabie Saoudite en ébullition constante où les femmes frappent obstinément à la porte de l’indépendance.

Evaluation :

Voir aussi

Le Kurde qui regardait passer les nuages

Auteur: Fawaz Hussain Editeur: Editions Zinédi – 26 septembre 2019 (118 pages) Lu en octobre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.