samedi , 7 décembre 2019
Accueil / Etoiles / 2 étoiles / Bamako, là

Bamako, là

Auteur: Marie-Laure de Noray-Dardenne

Editeur: Yovana – 2017 (253 pages)

Lu en septembre 2019

Mon avis: Une étudiante parisienne part vivre trois mois à Bamako, au Mali, poussée par Oumar, l’un de ses professeurs cinéaste. Logée chez une tante de celui-ci, la jeune femme, baptisée couleur locale du nom d’Ina Keita, découvre la ville de l’intérieur, loin des chemins battus et rebattus par les simples touristes. Un stage en pleine immersion, à charge pour elle d’envoyer à Oumar des “cartes postales”, des comptes-rendus de son ressenti de la ville, de ses modes de vie et de ses traditions, jusqu’alors inconnus pour elle. De découvertes en fascination (“les personnes que je rencontre sont tellement passionnantes, chacune à sa façon“), Ina s’acclimate, s’intègre plus ou moins maladroitement et s’acquitte de sa tâche, sans obtenir, à son grand désarroi, aucune réaction de la part d’Oumar.
De portraits en tranches de vie, ces chroniques bamakoises sonnent juste et sont sans doute très réalistes, mais j’ai eu du mal à entrer dans ce texte, que j’ai trouvé trop décousu. Les déambulations d’Ina dans la ville au gré de ses toquades successives (curieusement écrites à la troisième personne alors qu’une narration en “je” nous l’aurait rendue plus proche) alternent avec de courts instantanés sur différents sujets (la saison des pluies, la polygamie, les griots, le sort des femmes, les langues et les ethnies multiples, l’émigration,…), et le tout est entrecoupé par l’histoire de la relation entre Ina et Oumar. Une relation qui est le véritable fil rouge du livre, et qui, pour moi, prend trop d’importance dans un final se noyant dans le sentimental. Une écriture parfois trop lyrique ou exaltée, parfois trop hachée, sans doute à l’image des émotions qu’on éprouve à chaud, quand on s’immerge sans filet dans une telle terre inconnue. Il y a certainement beaucoup de charme chez cette jeune femme, dans ce texte et dans ce pays, mais je ne l’ai pas vraiment ressenti.

En partenariat avec les Editions Yovana via Netgalley.
#Bamako,Là #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Jeune étudiante, Ina quitte Paris pour trois mois. En poche, l’adresse de la tante d’Oumar, son charismatique professeur à l’université. Ici, à Bamako, son nom sera désormais Ina Keita. Elle vagabonde, d’abord lentement, comme on s’éveille à un monde nouveau, se perd au gré d’un jeu de l’oie pour mieux apprivoiser la capitale. Sa mission : écrire, tout simplement, puis poster des fragments de sa ville natale à l’énigmatique Oumar. Des portraits et des bribes de vécu. Voguant de rencontres en découvertes, d’émerveillements en désillusions, Ina s’attachera tout autant à Bamako qu’à son erratique correspondant.

Portraits de la jeunesse malienne, tableaux d’une cité entre modernité et tradition, récits de ses couleurs, de ses senteurs… En se faisant l’écho de la ville, l’héroïne se métamorphose, trouve sa voie et choisit sa vie. Le lecteur y trouvera lui aussi son chemin : une invitation au voyage, vers une Afrique sans fard.

 

Evaluation :

Voir aussi

Prosper à l’oeuvre

Auteur: Eric Chevillard Editeur: Noir sur Blanc – 17 octobre 2019 (150 pages) Lu en …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :