mardi , 20 octobre 2020

Une farouche liberté

Auteur: Gisèle Halimi avec Annick Cojean

Éditeur: Grasset – 19 août 2020 (90 pages)

Lu en septembre 2020

Mon avis: Honte à moi, j’avais à peine entendu parler de Gisèle Halimi avant son décès il y a quelques semaines. A ma décharge (pour ce que ça vaut), j’étais à peine née lorsqu’elle plaidait en 1978 aux Assises d’Aix-en-Provence dans l’affaire de deux jeunes femmes victimes d’un viol collectif.
Une lacune béante un brin colmatée grâce à la lecture de ce petit livre, transcrivant un entretien de Gisèle Halimi avec la journaliste (entre autres) Annick Cojean. Dans lequel j’ai découvert le parcours impressionnant de cette grande dame, avocate de la cause des femmes, révoltée quasiment de naissance par l’injustice dont celles-ci sont victimes et par la malédiction de naître femme, de n’être “que” femme. Comprenant très vite que sa libération passera par l’école, elle s’obstine à poursuivre ses études, à être la meilleure et à entrer au barreau. Elle n’hésitera pas à faire médiatiser les grands procès dans lesquels se jouent les causes qu’elle défend avec acharnement : les militants de l’indépendance algérienne, les victimes de viol, le droit à l’avortement. Malgré d’éclatantes victoires, elle réalise que, mieux qu’une affaire judiciaire, c’est le législateur qui peut faire évoluer le Code pénal. Elle entre alors en politique à l’époque de Mitterrand, mais déçue, et par ce dernier et par les manœuvres politiciennes en général, elle n’y fera pas long feu.
A travers ce texte, on découvre donc la femme publique, mais aussi l’épouse, la fille, l’amoureuse, la mère, l’amie. Portrait d’une féministe engagée et passionnée, sincère et “cash”, ce livre se termine par une sorte de testament, comme un flambeau à reprendre par les jeunes femmes d’aujourd’hui, qui les adjure d’être indépendantes économiquement, d’être libres de choisir de ne pas être mères, de poursuivre un combat loin d’être achevé.
Merci Madame.

En partenariat avec les Editions Grasset via Netgalley.
#Unefaroucheliberté #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Gisèle Halimi : Soixante-dix ans de combats, d’engagement au service de la justice et de la cause des femmes. Et la volonté, aujourd’hui, de transmettre ce qui a construit cet activisme indéfectible, afin de dire aux nouvelles générations que l’injustice demeure, qu’elle est plus que jamais intolérable. Gisèle Halimi revient avec son amie, Annick Cojean, qui partage ses convictions féministes, sur certains épisodes marquants de son parcours rebelle pour retracer ce qui a fait un destin. Sans se poser en modèle, l’avocate qui a toujours défendu son autonomie, enjoint aux femmes de ne pas baisser la garde, de rester solidaires et vigilantes, et les invite à prendre le relai dans le combat essentiel pour l’égalité à l’heure où, malgré les mouvements de fond qui bouleversent la société, la cause des femmes reste infiniment fragile.
Depuis l’enfance, la vie de Gisèle Halimi est une fascinante illustration de sa révolte de « fille ». Farouchement déterminée à exister en tant que femme dans l’Afrique du Nord des années 30, elle vit son métier comme un sacerdoce et prend tous les risques pour défendre les militants des indépendances tunisienne et algérienne et dénoncer la torture. Avocate plaidant envers et contre tout pour soutenir les femmes les plus vulnérables ou blessées, elle s’engage en faveur de l’avortement et de la répression du viol, dans son métier aussi bien que dans son association « Choisir la cause des femmes ». Femme politique insubordonnée mais aussi fille, mère, grand-mère, amoureuse… Gisèle Halimi vibre d’une énergie passionnée, d’une volonté d’exercer pleinement la liberté qui résonne à chaque étape de son existence.
« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque » : ces mots de René Char, son poète préféré, pourraient définir Gisèle Halimi, cette « avocate irrespectueuse », et sa vie de combats acharnés pour la justice et l’égalité.

Evaluation :

Voir aussi

Histoire du fils

Auteur: Marie-Hélène Lafon Éditeur: Buchet-Chastel – 20 août 2020 (176 pages) Lu en septembre 2020 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :